Au cours d’une conférence de presse tenue à Kinshasa ce mercredi 1er mai, Mubake a proposé une réunion à laquelle devrait participer toute la classe politique, il a suggéré la révisitation de la loi organique constituant la CENI « pour la circonscrire à un seul rôle qui serait technique, les questions politiques électorales réléveront de la compétence de la classe politique ».

Valentin Mubake propose que la CENI se transforme à « un organe apolitique où ne siègeront que les représentants des organisations de la société civile : syndicats, organisations des droits de l’homme, confessions religieuses, etc. » Pour Mubake, il faut également « assainir et mettre à jour le fichier électoral, notamment par l’enrôlement des Congolais de l’étranger ».

L’audite des finances de la CENI par un organisme externe, conformément « à la volonté exprimée par la classe politique toute entière dans l’accord signé à la CENCO, le 31 décembre 2016 ». Ce, au cours d’une table ronde à organiser dans le but de préparer « les élections véritablement crédibles ».

PARTAGER