Felix Tshisekedi voudrait faire de la lutte contre la corruption son cheval de bataille.

214

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui effectue depuis mardi soir, sa première visite officielle aux Etats-Unis depuis son investiture le 24 janvier dernier comme 5ème Président de la RDC, a, au cours d’un atelier de réflexion, jeudi, sur les relations étrangères, réitéré sa promesse de lutter contre la corruption, devenue une gangrène en RDC. Le Chef de l’Etat a sollicité l’appui de Washington dans sa lutte contre « a corruption, la gabegie et l’impunité», devenues endémiques au pays.

Dans son discours d’investiture, rappelle-t-on, le Président Félix Antoine Tshisekedi, avait indiqué qu’il devra mettre en place un cadre juridique efficace permettant de renforcer en premier lieu la lutte contre la corruption, «fléau qui dépasse notre pays, ses institutions et ne protège pas les créateurs des richesses. Nous allons initier une stratégie de lutte contre la corruption dans l’ensemble des rouages de l’administration publique. Un accent particulier sera porté sur la lutte contre la délinquance fiscale», avait-t-il souligné.

Selon lui, « une lutte efficace et déterminée sera menée contre la corruption et les antivaleurs notamment l’impunité et la mauvaise gouvernance, le tribalisme et autres », avait-il promis, avant de déplorer la perte chaque année de 16 à 20 milliards USD à la suite notamment de l’évasion fiscale.

Le Chef de l’Etat a également sollicité l’appui de Washington pour contrer la menace des groupes armés islamiques dans la partie est du pays. Pour lui, après la défaite de Daesh (groupe Etat islamique) et d’Al-Qaida au Moyen orient, et d’autres groupes du genre dans d’autres parties du continent africain, les islamistes tentent de s’installer en RDC et d’exploiter illégalement les richesses minières congolaises pour financer leurs activités.

Il a, à ce sujet, annoncé qu’il inscrira son pays dans l’Organisation de la lutte contre le terrorisme. Félix Antoine Tshisekedi a été élu Président de la RDC à l’issue des élections du 30 décembre 2018, pour un mandat de 5 ans.

PARTAGER