conférence de presse tenue mardi 02 avril à Kinshasa, après sa sortie de prison, l’opposant Franck Diongo qui a pris acte de la venue au pouvoir de Félix Tshisekedi, a appelé à l’organisation d’un “dialogue inclusif pour résoudre la crise de légitimité des institutions en RDC”.

Pour Franck Diongo, “en considération de la convergence parallèle de la donne politique actuelle de la démocratie et de la dictature, de la victoire d’un camp sur l’autre, des différentes revendications de la vérité des urnes tant par le candidat malheureux que par l’afflux des recours des candidats députés en contestation des résultats suivis de sérieux soupçons de corruption, des marginalisés et des frustrations engendrées, rendent impossible la coexistence ou la cohabitation pacifique”.

“La solution adéquate à cette récurrente crise de légitimité des institutions et des animateurs passe indéniablement par un dialogue de réconciliation nationale entre les filles et fils du pays, en vue de promouvoir la cohésion nationale et l’unité du Congo notre chère Patrie”, a déclaré Franck Diongo.

D’après ses dires, “ce dialogue doit être inclusif , franc, sincère et sans tabou”.
“Il devra estimons-nous être convoqué par le chef de l’État, suivant son vœu exprimé lors de son investiture, de réconcilier tous les congolais”, a-t-il conclu.

PARTAGER