La grande réunion des ténors de la plateforme LAMUKA, tant attendue démarre ce jeudi 21 mars à Bruxelles et se clôturera demain vendredi 22 mars.

C’est au terme de cette réunion que des grandes options quant à l’avenir politique de cette plateforme seront connues.

Pour Steve Kivwata, un des porte-paroles de LAMUKA, qui s’est confié à 7SUR7.CD ce jeudi 21 mars, la rencontre de Bruxelles est une réunion de redéfinition de l’accord du 11 novembre.

Bien avant cela, les leaders de LAMUKA que sont Moïse Katumbi, Jean Pierre Bemba, Martin Fayulu, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu, devront procéder à l’évaluation de leur action politique déployée depuis la création de cette plateforme le 11 novembre 2018 et après les élections du 30 décembre 2018.

Selon les proches des participants, principalement deux questions seront à l’ordre du jour :

L’opportunité du combat sur la vérité des urnes ;

La pertinence de changer la nature juridique de cette plateforme.

Des sources proches de LAMUKA renseignent cependant que c’est surtout la question sur la vérité des urnes qui semble diviser ces leaders politiques de l’opposition.

Si les Katumbistes pensent que l’heure est venue de s’engager à faire l’Opposition pour l’instauration de l’État de droit, le camp Fayulu ne voit pas les choses de la même façon.

Il pense qu’il faut “continuer la croisade sur la vérité des urnes jusqu’à ce que le peuple reprenne sa victoire qui lui a été volée”.

Fayulu propose le Recomptage des voix en cas de conservation des procès-verbaux des élections générales du 38 décembre 2018 dans les centres locaux de compilation des résultats.

En cas de perte ou destruction des PV, Fayulu suggère à la communauté internationale une nouvelle élection présidentielle cette année, après une brève transition.

Les Bembistes sont aussi sur la ligne dure de Fayulu par rapport à celle plus nuancée et modérée des Katumbistes.

A cerner les contours de sa récente déclaration politique à Kinshasa, le MLC de Bemba continue à considérer Félix Tshisekedi comme un président illégitime.

Rappelons que depuis la présidentielle du 30 décembre 2018, les leaders de LAMUKA ne se sont jamais retrouvés autour d’une même table pour discuter des enjeux politiques de l’heure en RDC.

LAMUKA est une plateforme électorale créée à Genève en novembre 2018.

Ses objectifs pour participer aux élections étaient notamment :

Exiger un fichier électoral nettoyé avant la participation aux élections générales du 30 décembre 2018,

Le rejet de la machine à voter.

PARTAGER