L’arrêté ministériel portant mesure de libération conditionnelle d’Eugène Diomi Ndongala a été signé ce mercredi 20 mars 2019 par Alexis Thambwe Mwamba, ministre d’Etat, ministre de la justice et garde des sceaux.

Le président du parti Démocratie chrétienne a été condamné le 26 mars 2014 par la Cour suprême de justice à 10 ans de servitude pénale principale pour viol à l’aide de violence, exposition d’enfants à la pornographie, détention d’enfants et tentative de viol d’enfants.

Diomi a avait été arrêté le 8 avril 2013 et a déjà purgé plus d’un quart de la peine prononcée. Thambwe précise dans son arrêté que « la libération définitive est acquise à l’intéressé si la révocation n’est pas intervenue avant la date du 8 avril 2023. La balle est maintenant dans le camp du secrétaire général à la justice pour accélérer l’exécution dudit arrêté conformément au délai de deux jours annoncé le mardi par le ministre.

PARTAGER