Le nouveau président Félix Tshisekedi a admis, lors de sa visite à Windhoek (Namibie), avoir eu une entente avec son prédécesseur Joseph Kabila, mais pour un gouvernement de coalition.

« C’est un deal que nous avons fait pour que, d’abord, l’alternance se fasse pacifiquement. Donc, il y a eu cette entente, et elle s’est faite pacifiquement pour qu’après les élections législatives et la majorité qui s’en est dégagée, il y ait une coalition avec le camp de M. Kabila, le camp sortant, » a déclaré M. Tshisekedi en réponse à une question de journaliste.

Avec son homologue namibien, Hage Geingob, M. Tshisekedi a tenu dans la capitale namibienne une conférence de presse.

« Jusqu’ici, c’est cet accord -si on appelait cela le deal- qu’on peut dire avoir fait pour le Congo. Pour le reste, les discussions vont bientôt commencer pour la formation d’un gouvernement, » a précisé M. Tshisekedi.

Le nouveau président congolais a annoncé que les deux parties vont travailler pour un programme commun, et il s’est dit prêt à proposer un code de conduite à ses partenaires pour respecter les règles établies et amener le peuple congolais à bon port.

Pour sa part, le Geingob a affirmé qu’il encourageait ce genre d’entente.

« C’est le temps de la démocratie. Les anciens chefs d’Etat doivent vivre dans leur pays. Nous encourageons les anciens Chefs d’Etat à rester dans leur pays comme ici, » a indiqué M. Geingob.

L’ancien président Joseph Kabila a discuté de la question du gouvernement avec M. Tshisekedi, il y a plus d’une semaine.

La coalition électorale de M. Kabila réclame la majorité parlementaire et la Primature.

PARTAGER