Pierre Lumbi Okongo, vice-président de la plateforme Ensemble pour le changement de l’opposant Moïse Katumbi, a invité, ce mardi 26 février, les membres de la coalition Lamuka à joindre à la lutte pour la « vérité des urnes » le combat pour un « Etat de droit ».

« La dynamique de la vérité des urnes a atteint ses limites. Je pense qu’à la vérité des urnes comme combat va succéder le combat pour la restauration de l’Etat de droit et la consolidation de la démocratie. C’est-à-dire c’est ce que Félix Tshisekedi devra faire pour qu’en 2023 ce qui s’est passé en 2006, 2011 et 2018 ne puisse plus se reproduire. Ça c’est le combat que nous devons mener. Et si Félix a encore le réflexe que nous avions ensemble pour un Etat de droit, probablement des convergences sont possibles. Mais, pour le moment, nous pensons qu’à la lutte de la vérité des urnes doit maintenant succéder la lutte pour un Etat de droit », a déclaré Pierre Lumbi, au cours d’une conférence de presse d’Ensemble pour le changement, tenue à l’immeuble Reine de la Paix, dans la commune de la Gombe.

L’ancien directeur de campagne de M. Fayulu appelle à « voir les choses avec plus de réalisme ». La plateforme de Katumbi qui ne s’était pas exprimée depuis l’élection contestée de l’actuel chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, a également demandé aux principaux leaders de Lamuka de définir de nouvelles orientations de la coalition, les élections étant dépassées.

PARTAGER