Élections 2018 : Après la mise en ligne progressive des différents PV, la CENI et le pouvoir pris au piège de la transparence.

293

Après la participation massive de la population pour aller aux élections malgré les conditions chaotiques de son organisation.

Après la forte mobilisation des citoyens, témoins et observateurs pour relayer les résultats auprès des centres de compilation, alors que le pouvoir tablait sur une indifférence généralisée pour organiser sa fraude.

Après la mise en ligne progressive des différents PV des bureaux et centres de vote et les premiers rapports des différentes missions d’observations y compris celles de nos partenaires et de la CENCO, la CENI et le pouvoir pris au piège de la transparence et face à l’échec cuisant et certain de son candidat, le régime de Kinshasa a choisi de durcir le ton et de passer aux choses sérieuses. Conscientes d’être à la fin de leur régime répressif, les autorités de Kinshasa multiplient les réunions secrètes en vue de la conservation du pouvoir, au point de préparer un coup d’état institutionnel pour sauver le soldat Kabila. Deux logiques, selon nos informations s’affrontent mais avec la même finalité, assurer la continuité du système.

D’une part, il y a les partisans d’un passage en force pour la proclamation de Shadari comme vainqueur de l’élection présidentielle et pour y parvenir on compterait sur l’appareil de tricherie mis en place avec l’aide du sujet libanais Kamal qui depuis aurait quitté Kinshasa pour prendre ses quartiers à Lubumbashi d’où selon toute vraisemblance, la compilation se ferait. Et de l’autre ceux verraient d’un bon œil le maintien de Joseph Kabila au pouvoir via l’annulation des élections par la Cour constitutionnelle et le renvoie des celles-ci à une date à fixer par une nouvelle CENI éventuellement.

Dans les deux cas, il serait envisagé sur le plan sécuritaire la proclamation d’un état d’urgence pour réprimer sévèrement l’opposition et la société civile ;

et sur le plan politique un dialogue pour un gouvernement d’union nationale comptant sur l’appétit d’une frange de l’opposition à accéder au pouvoir à n’importe quel prix.
Dans tous les cas, nos organisations tirent la sonnette d’alarme et met en garde le régime contre le scénario du chaos aux conséquences incalculables pour notre nation. Notre peuple a assez souffert et est résolument engagé sur le chemin de la liberté et de la démocratie. Comme l’ont montré les habitants de Beni et de Butembo, comme l’avaient fait avant eux ceux de Kinshasa, de Lubumbashi, de Mbandaka ou de Kisangani, défilant pacifiquement tout en défiant les armes du régime pour réclamer des élections libres et transparentes et dont plusieurs ont perdu la vie, le peuple congolais est prêt au sacrifice suprême pour défendre sa constitution et conquérir sa liberté.
Aujourd’hui comme par le passé le souvenir de Patrice Emery Lumumba et de tous les héros morts pour la patrie habite chaque congolais dans sa soif de justice et de liberté. C’est pourquoi nous lançons un appel vibrant à tous les hommes épris de liberté et de démocratie de s’engager à nos côtés pour mettre en échec ce projet d’un coup d’état institutionnel en préparation. Il en va de l’avenir de notre patrie, il en va de la stabilité sous régionale.

PARTAGER