Répondant aux questions de RFI ce samedi matin, le candidat président de la République Félix Tshisekedi, auréolé par le désistement en sa faveur de l’ex président de l’assemblée nationale Vital Kamerhe, a mis en garde contre les divisions au sein de différents courants de l’opposition.

Pour le président de l’UDPS, la cible n’est pas Lamuka, plateforme politique concurrente à la sienne (Cap pour le Changement) mais la Kabilie.

» Il n’est absolument pas question pour nous de faire de nos amis avec qui on ne s’est pas entendu à Genève la cible. La cible ici, c’est la Kabilie, le camp Kabila. », a-t-il déclaré samedi.

Titillé par le journalisme de RFI sur le bain de foule que les Kinois ont réservé à Martin Fayulu, candidat président de la République de Lamuka, Félix Tshisekedi a affirmé qu’il n’était pas en concurrence avec lui pour se disputer la foule. Fair-play, F. Tshisekedi a dit qu’il aurait même été étonnant s’il n’y avait pas foule pour accueillir Fayulu.

» Nous ne sommes pas en concurrence de foules. Martin Fayulu est accompagné par une trentaine de partis politiques donc ça aurait été étonnant qu’il n’y ait pas de gens pour l’accueillir. Ça aurait été inquiétant… Nous allons rentrer au Congo, l’essentiel pour nous, c’est que ceux qui nous aime viennent le manifester et qu’ils ne s’arrêtent pas là, qu’ils continuent avec nous jusqu’aux élections et qu’ils mettent le bulletin Félix Tshisekedi parceque cela permettra de gagner ces élections et si les législatives suivent de gouverner avec Vital Kamerhe comme Premier ministre. », a-t-il poursuivi.

Il a en outre déclaré que la mission que lui et Vital Kamerhe se sont assignés est d’ancrer la démocratie en RDC.

Le président de l’UDPS s’est aussi voulu rassurant envers le pouvoir en promettant qu’il n’y aura pas de chasse aux sorcières en cas d’alternance.

Les élections générales sont prévues le 23 décembre 2018.
Ils doivent en principe consacrer la première alternance pacifique au pouvoir.
Tres grandes forces politiques vont s’afrronter.
La première est celle constituée autour du président sortant Joseph Kabila : le Front Commun pour le Congo. Celle-ci a désigné l’ex ministre de l’intérieur Emmanuel Ramazani Shadary comme son candidat à la présidentielle.
La deuxième force est constituée par le duo Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. Les présidents de l’UNC et de l’UDPS se ont mis à Nairobi au Kenya une coalition électorale et politique denommée Cap Pour le Changement. L’ex président de l’assemblée nationale et directeur de campagne du président Kabila en 2006 (Vital Kamerhe) s’est désisté en faveur de Félix Tshisekedi. Il sera son Premier ministre en cas de victoire.
Enfin, la 3ème force politique potentielle est Lamuka dont les figures de prou sont Jean Pierre Bemba et Moïse Katumbi.
Leur candidat à la présidentielle est Martin Fayulu alias le soldat du peuple.

Entre le boycott des élections à cause de l’usage de la machine à voter et du fichier électoral »corrompu », l’application de l’article 64 et la participation aux élections ; ses cadres ne parlent pas le même langage.

PARTAGER