Malgré la forte sensibilisation autour de la marche de l’opposition, prévue demain vendredi, rien n’est encore décidé car elle n’a pas encore été actée (autorisée) par le gouverneur de la ville.

Une réunion décisive entre les leaders de l’opposition et l’autorité urbaine est prévue aujourd’hui jeudi à 16 heures à l’hôtel de ville autour de André Kimbuta.

La difficulté réside dans le fait que c’est une marche et non un meeting dans une espace fermé ou ouvert facile à encadrer.

Son itinéraire pose de sérieux problèmes de sécurité car le point de chute se trouve être le siège de la commission électorale nationale indépendante (CENI) qui se trouve dans le centre ville de Kinshasa (Commune de la Gombe).
Le siège de la CENI est inviolable, selon la loi.
C’est donc autour du trajet de la marche que les discussions s’annoncent après entre l’hôtel de ville et la frange de l’opposition qui va battre le pavé.

Pour rappel, les leaders de l’opposition, à l’exception notable de l’UDPS, projette de marcher vendredi pour protester contre l’usage de la machine à voter (un dispositif d’impression instantanée des bulletins de vote).
Ils estiment que ce type de vote n’est pas légal.

Pour sa part, l’UDPS qui s’est désolidarisée de cette marche, a levé l’option de participer aux élections générales de décembre prochain avec ou sans la machine à voter.
Les autres partis de l’opposition pris de court par cette position de l’UDPS, ont dit dans une déclaration politique faite le mercredi qu’ils ne boycotteront pas les élections mais restent fermement opposés à l’usage de la MAV.

PARTAGER