C’est aujourd’hui jeudi 11 octobre en Arménie que s’est ouvert le 17ème sommet de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Parmi les points à l’ordre du jour figurent notamment la désignation du nouveau Secrétaire général de cette Organisation.

A ce sujet, la rwandaise Louise Mushikiwabo, soutenue par l’Union Africaine, est bien positionnée pour succèder à la canadienne d’origine haïtienne Michaelle Jean.
Vu les relations entre le Rwanda et la RDC, très peu de congolais, si, il leur était posée la question de savoir pour qui ils voteraient, ils diraient très clairement qu’ils ne voteraient pas pour Mushikiwabo. Ils lui auraient préféré, et de loin, Michaelle Jean. Les souvenirs atroces de l’invasion rwandaise en RDC en 1996 avant de se retirer en 2002 sous la pression internationale, sont encore frais.
Les soutiens du Pays de Mille Collines aux différents mouvements rebelles (CNDP, M23, RCD) qui pullulaient dans l’Est de la RDC sont aussi encore frais dans la mémoire collective des congolais.
Pour rien au monde, un congolais ne souhaiterait voir son gouvernement engager son pays pour que le Rwanda préside une institution qui a la prétention de promouvoir les droits de l’Homme et de défendre la démocratie. Deux ingrédients qui manquent cruellement au pays de Paul Kagame.

le porteparole du gouvernement assure que la RDC va s’alligner sur la position de l’UA.

En d’autres termes, la RDC soutient la candidature de la ministre rwandaise des affaires étrangères car c’est la candidate proposée par l’instance faîtière du continent africain.

Toutefois, ce soutien n’est pas à un individu, a souligné Lambert Mende Omalanga.
Le ministre de la communication et des médias reconnaît cependant que les relations entre la RDC et le Rwanda évoluent certes en dents de scie mais la belligérence n’existe plus.

PARTAGER