Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont prévu de rencontrer Corneille Nangaa, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), ce vendredi 5 octobre 2018 dans l’après-midi. Les 15 arrivent à Kinshasa en début d’après-midi.

Selon les sources diplomatiques, il sera question de discuter de l’état d’avancement du processus électoral en particulier du calendrier électoral, de la logistique et du financement des élections.

Les autorités congolaises ont décidé de se passer du support de la communauté internationale en général et en particulier de l’ONU pour les élections. Joseph Kabila l’a encore dit lors de son dernier discours à l’Assemblée générale de l’ONU à New-York.

Les relations entre la RDC et la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo (MONUSCO) ne sont pas les meilleures du monde. En juillet dernier, un avion-cargo de l’ONU avait difficilement obtenu l’autorisation d’atterrir à Kinshasa. Il s’agissait d’un aéronef en provenance d’Addis-Abeba (Ethiopie) et faisant partie d’une flotte qui devrait être positionnée en RDC dans le cadre d’un éventuel appui à la CENI consécutivement à la résolution 2904 du conseil de sécurité de l’ONU.

L’un des objectifs de la mission du conseil de sécurité à Kinshasa est justement de faciliter la collaboration entre la RDC et la MONUSCO dans le cadre de cette résolution 2904.

L’arrivée de cette mission tombe également dans un contexte caractérisé par une tendance au dégel du côté de la CENI. Au cours d’une conférence de presse organisée en septembre, Norbert Basengezi, vice-président de la centrale électorale s’était d’ailleurs montré reconnaissant vis-à-vis de la MONUSCO.

« Pendant la révision du fichier électoral, nous avons collaboré difficilement avec l’appui de la MONUSCO mais la CENI reste reconnaissante pour le pont aérien qu’elle a nous a facilité entre le port de Mombasa, au Kenya, et la RDC », avait-il dit tout en remerciant le gouvernement, qui d’après ses propos, a acheté 5 nouveaux avions gros porteurs, en dehors de 2 existants, et 8 hélicoptères, 97 camionnettes, 50 camions Kamaz, 10 camionnettes militaires pour appuyer le processus électoral.

A ce stade, le support de la communauté internationale se caractérise essentiellement par l’appui technique de la communauté internationale par le biais de 132 agents.

PARTAGER