réservant de dévoiler le secret de ce qui se trame en coulisses, Gabriel Kyngu wa Kumwanza, a, dans une interview accordée, mercredi 03 octobre, expliqué que les discussions sont en cours pour la désignation du candidat commun de l’opposition à la prochaine présidentielle.

« C’est un problème important mais extrêmement délicat, les démarches sont en cours. Nous ne pouvons pas commettre l’erreur de ne pas présenter un candidat et un programme commun.
Pour le moment, nous ne pouvons pas nous permettre à ce stade de dire que moi je veux ceci », a dit le président de Ensemble Grand Katanga.

Pour lui, la personne qui sera désignée candidat commun de l’opposition, battra le dauphin de Joseph Kabila.

« Shadary ne fait pas l’unanimité au sein même de sa famille », a-t-il indiqué.

S’agissant de bruits sur un éventuel dialogue en gestation pour le report des élections, Kyungu explique que l’opposition est concentrée dans autre chose.

« Nous n’avons pas à parler de ce problème à ce niveau ici, parce que nous sommes en train de nous concerter très sérieusement, et vous allez entendre notre point de vue. Car le 23 décembre monsieur Kabila n’aura pas à prétendre à quoi que ce soit », a dit l’ancien président de l’assemblée provinciale de l’ex Katanga.

A quelques mois de la date du 23 décembre prévue pour les élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, certaines informations relayées dans des médias et réseaux sociaux, font état d’un probable dialogue pour baliser le chemin vers des élections véritablement crédibles et démocratiques.

Pour rappel, les négociations politiques pour une candidature commune de l’opposition ont débuté en bilatéral entre l’UDPS et l’UNC le dimanche dans un hôtel de Kinshasa. Ses conclusions sont attendues cette semaine.
Si les 2 partis trouvent un consensus sur qui de Félix Tshisekedi ou de Vital Kamerhe portera les couleurs de l’opposition à la présidentielle de décembre prochain, alors les autres leaders de l’opposition l’adouberont.
Si un consensus n’est pas trouvé, il appartiendra encore aux autres leaders de l’opposition de revenir à la charge en proposant une solution au duo Tshisekedi-Kamerhe.

PARTAGER