Lié pendant près de 12 ans à la majorité présidentielle par un accord politique, le Palu vient officiellement de le rompre. Le Parti Lumumbiste Unifié et ses alliés iront aux élections de façon autonome et indépendante. Ceci a pour conséquence qu’ils ne soutiendront pas le candidat à la présidentielle de décembre prochain du camp au pouvoir désigné par le président Kabila. L’idylle politique aura donc duré plus d’une décennie. Le Palu estime avoir été abusé car la Majorité présidentielle non seulement n’a pas soutenu le candidat Palu à la présidentielle, mais l’a aussi invalidé. Une pilule amère qui est restée en travers la gorge du Palu et ses alliés.

Dans une déclaration ce mercredi 3 octobre 2018, le regroupement politique « PALU et Alliés », a salué la publication de listes définitives de candidats présidents et députés par la Commission Électorale Nationale Indépendante, mais déplore l’invalidation de la candidature d’Antoine Gizenga.

Le 2ème vice-président dudit regroupement, Henri Thomas Lokondo, a rappelé l’autonomie qui les caractérise, dans leurs engagements politiques, afin de gagner les prochaines élections.

Cette décision est consécutive à la réunion extraordinaire tenue le 26 septembre dernier sur la situation générale du pays et l’évaluation du processus électoral en cours.

« Le regroupement politique PALU et Alliés condamne les derniers massacres perpétrés dans la ville de Beni, qui constituent une menace réelle à la paix et à la sécurité », a déclaré H. Thomas Lokondo.

S’agissant de la machine à voter, le PALU et Alliés dit constater un manque de consensus et recommande à la CENI de poursuivre les échanges avec différentes parties prenantes, afin de rassurer tout le monde.

PARTAGER