La Majorité présidentielle (MP) se dit favorable à un éventuel retrait de la RDC de la Cour pénale internationale (CPI). La MP soupçonne cette juridiction pénale internationale d’agir sous l’influence de certains Etats en défaveur de sa mission principale.

«Créée pour mettre les individus à l’abri des abus de l’Etat et des hommes forts, la CPI semble avoir perdu la boussole sous la pression inconsidérée et inavouée mais bien réelle de certains Etats et des puissances étrangères. Une telle attitude ne peut favoriser la confiance des Etats africains vis-à-vis de cette institution pourtant vouée à une belle destinée», dit la MP dans une déclaration ce mercredi 26 septembre 2018.

Le samedi 15 septembre dernier, le gouvernement congolais avait évoqué l’éventualité de quitter la Cour pénale internationale (CPI) dont certains juges, d’après Kinshasa, sont sous pressions de gouvernements occidentaux. Une hypothèse appuyée par la MP qui dénonce la justice à double vitesse de la part de la CPI.

«La politique de deux poids deux mesures affaiblit la CPI et le sens de la justice universelle », ajoute la MP dans sa déclaration.

En réaction à la menace du départ de la RDC, la CPI, de son côté, avait préconisé la tenue d’un dialogue avec les autorités congolaises afin d’harmoniser les vues sur des questions qui divisent.

PARTAGER