Le tribunal de paix de la Gombe a condamné, lundi 24 septembre 2018, Carbone Beni, Grâce Tshiunza, Cédric Kalonji et Mino Mompomi, tous militants de Filimbi, à un an de servitude pénale.

Palmer Kabeya, vice-coordinateur de la cellule kinoise de Filimbi, a été acquitté par le tribunal.

«C’est une décision qui n’a pas de fondement. Nous allons faire appel», a déclaré, Jacquemin Shabani, un des avocats des militants.

Les militants ont passé près de 8 mois de détention avant d’être condamnés à l’issue d’un procès débuté au mois de juin dernier.

Le ministère public avait requis une peine de trois ans de prison contre les militants.

Au mois d’août dernier, Amnesty international avait appelé à la « libération immédiate » de cinq militants du mouvement citoyen Filimbi, arguant que “l’activisme n’est pas un crime”.

Carbone Beni et ses compagnons ont été arrêtés en décembre 2017 pendant qu’ils sensibilisaient pour la marche des chrétiens catholiques du 31 décembre 2017, initiée par le Comité Laïc de Coordination.

PARTAGER