Plusieurs blessés, 227 personnes tuées par l’armée à Nganza, 461 prévenus incarcérés dans la prison centrale de Kananga pour participation aux mouvements insurrectionnels Kamuina Nsapu, telles sont les statistiques à mi-parcours de la mise en œuvre du projet accès sur la promotion équitable en faveur des victimes de la violence du Kasaï.

Dans un rapport rendu public dont une copie est parvenue mardi 18 septembre 2018, le conseil régional des ONG de développement, CRONG, Kasaï occidental démembré tient à preciser que l’enquête menée au mois d’août dernier dans la prison centrale de Kananga atteste que la plupart des prévenus incarcérés pour participation aux mouvements insurrectionnels Kamuina Nsapu sont des jeunes qui peuvent facilement être manipulés, les transporteurs à vélo appelés communément Bayanda et des cultivateurs dont les femmes.

CRONG précise qu’au cours de leur enquête, 20 malades mentaux, un épileptique et un handicapé ont été retrouvés à la prison de Kananga et font partie d’un groupe de 40 prévenus ayant fait plus d’une année sans être jugés.

Devant ce tableau sombre, le Secrétaire exécutif provincial du CRONG fait savoir que l’enquête se poursuit à travers tous les endroits où les affrontements étaient enregistrés pour avoir un bilan général.

Cette structure se dit prête de continuer avec les enquêtes pour dénicher des vrais meneurs afin qu’ils répondent de leurs actes.

C’est dans cette optique que le secrétaire exécutif du CRONG invite les autorités judiciaires à faire conformément à la loi leur travail dans l’affaire des prévenus de la prison centrale de Kananga qui, avec une capacité d’accueil de 300 personnes héberge actuellement 814 détenus.

Il a par ailleurs déploré la carence des juges.

PARTAGER