À 97 jours de la tenue des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, le débat sur la machine à voter ne cesse de s’inviter dans différents milieux politiques et sociaux en République Démocratique du Congo.

Son utilisation divise l’opinion à l’interne tout comme à l’externe. Cependant, cette technologie présente quelques avantages, à en croire le vice-président de la Commission Électorale Nationale Indépendante.

À l’occasion de la cérémonie de présentation du rapport des experts de la fondation britannique Westminster pour la Démocratie sur la machine à voter ce lundi 17 septembre 2018 à Kinshasa, Norbert Basengezi a mis un accent particulier sur les avantages que procure cette machine.

« La forte conviction de la CENI dans l’adoption de cette technologie se justifie par le souci d’améliorer le processus en répondant à toutes les recommandations faites à la lumière des avantages que procure la machine à voter au processus électoral en cours et à ceux à venir », a déclaré N. Basengezi.

Cependant, il a présenté 8 avantages de la machine à voter :

1. Gain de temps : 4 mois qui devaient servir pour la commande de bulletins pré-imprimés. La machine permet d’utiliser des bulletins vierges, commandés longtemps à l’avance (sans devoir attendre d’avoir la liste définitive des candidats) ;

2. Garantie et crédibilité des résultats : Étant donné qu’il y aura deux sources, ce qui est compté manuellement et les résultats imprimés de la machine. Seuls les résultats dépouillés manuellement comptent.

3. La rapidité de proclamation des résultats : Au lieu de 2 à 3 mois d’attente, déjà le 12 janvier 2019, le président élu prêtera serment ;

4. Le poids du matériel électoral à déployer : Passe de 16.000 tonnes à moins de 8.000 tonnes ;

5. Réduction de plus de 130 millions USD sur le coût d’organisation de ces trois scrutins combinés : Soit de 567 millions USD à 432 millions USD et encore beaucoup plus si on considérait tout le cycle ;

6. La présence dans chaque machine à voter de la batterie à Lithium d’une garantie de 48 heures : Pour contourner les éventuels problèmes d’électricité et autres sources d’énergie dans les différents sites de vote ;

7. La possibilité d’assistance de chaque électeur : Plus particulièrement celui de 3e âge ou vivant avec handicap qui le désire conformément à l’article 58 de la loi électorale ;

8. La machine à voter ne modifie pas la procédure de vote : La CENI conserve le même circuit de circulation dans le bureau de vote jusqu’à l’encre indélébile comme en 2006 et 2011.

Le vice-président de la Centrale Électorale a, en outre, signifié que toutes les machines à voter seront bel et bien présentes en RDC le 6 octobre prochain.

PARTAGER