“L’exclusion de ces leaders (Bemba, Katumbi et Muzito) c’est la conséquence des élections avec Kabila”, a déclaré, le SG de l’UDPS, qualifiant de “drame” les élections à venir.

Kabund est l’un des opposants qui ont soutenu à plusieurs reprises une “transition sans Kabila” en vue d’organiser de “bonnes élections”.

“ Joseph Kabila présente un grand danger pour l’issue de notre processus électoral (..) de bonnes élections ne peuvent venir que si Kabila est mis à l’écart”, a-t-il ajouté.

Les candidatures de Bemba et Muzito ont été invalidées lundi dernier par la Cour constitutionnelle après que la CENI les a déclarées irrecevables, tandis que Katumbi lui, a été “empêché” de retourner au pays en vue de déposer son dossier de candidature à la Commission électorale nationale indépendante.

Le numéro 2 de l’UDPS estime que l’opposition est en train de subir les conséquences de sa “passivité” vis-à-vis du pouvoir.

“La solution se trouve dans des grandes réactions musclées de la part de l’opposition, aussi longtemps que nous serons là en train de subir le coup de Kabila, nous serons là en train de discuter sur les futilités. Nous regretterons combien des fois? Il faut que l’opposition se mette debout. Aujourd’hui l’opposition paie son absence de pro activité, on agit désormais en aval et on perd”, a-t-il regretté.

Quatre candidats de l’opposition restent désormais en lice pour la présidentielle. Il s’agit de Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Martin Fayulu et Freddy Matungulu, autour desquels la “candidature commune” de l’opposition devrait se jouer.

PARTAGER