Après l’invalidation de sa candidature à la présidentielle le 3 septembre dernier par la Cour constitutionnelle, le président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, doute de la transparence des élections prévues au mois de décembre prochain.

Jean-Pierre Bemba accuse le pouvoir d’instrumentaliser la Commission électorale et la Cour constitutionnelle pour organiser « des élections tronquées».

«Ces élections risquent d’être contestées à l’issue du vote. Ça devrait être une occasion pour la population de choisir ses dirigeants. Mais quand vous avez en face un pouvoir qui décide de qui sera voté au préalable, ça pose un sérieux problème de crédibilité des élections. Je pense que le pouvoir a peur de pouvoir aller aux urnes, et il a peur du verdict populaire (…) tout est fait pour mener le chao au pays au lendemain des élections. Il est évident qu’à l’état actuel des choses, avec des machines à voter qui sont contestées mais qui sont mises à dessein avec le six millions d’électeurs qui n’ont pas d’empreinte digitale, tout ceci est fait en sorte de pouvoir mener aux élections tronquées. C’est ce qui montre que le pouvoir a peur, voilà pourquoi toutes ces manœuvres sont mises en place », s’est exprimé le président du MLC ce mercredi sur RFI.

A ce sujet, le MLC menace de se retirer du processus électoral après l’invalidation de la candidature de son président. Le parti de Jean-Pierre Bemba a annoncé également la constitution d’un comité de crise pour élaborer un agenda d’actions citoyennes toujours dans le cadre des démarches contre l’invalidation de son candidat président.

PARTAGER