Devant le conseil de sécurité des Nations-Unies lundi 27 août dernier à New-York, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC a, tout en saluant les progrès réalisés dans le processus électoral en cours, montré quelques inquiétudes sur ce qui reste à faire.

Pour Leila Zerrougui, il faut donc consolider le niveau de confiance pour de bonnes élections.

« L’absence de consensus sur l’utilisation de la machine à voter et la non publication de la liste définitive du fichier électoral demeurent deux sujets de discorde majeurs, » a fait savoir Leila Zerrougui.

La crédibilité du processus demeure une source de préoccupation, souligne la Représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies.

« Un manque de confiance envers la CENI ou les décisions prises par la Cour constitutionnelle, ne pourra qu’aviver les tensions », conclu-t-elle.

Leila Zerrougui a, toutefois, indiqué que la MONUSCO continue d’apporter un appui technique et se tient prête à fournir un soutien logistique en cas de demande, ajoutant que les autorités congolaises ont formulé le souhait d’organiser les élections sans appui extérieur.

PARTAGER