Samsung a décidé de quitter la RDC. Plusieurs raisons ont été évoquées par l’ambassadeur de la Corée du Sud, Ki-Chang Kwon, vendredi 18 août, au cours d’une rencontre avec les médias basés à Kinshasa. Il a également pointé du doigt la circulation sur le marché congolais de plusieurs produits « Samsung » contrefaits.

En mars 2018, le président d’Orange Middle East Africa, Bruno Mettling, se plaignait également de ce problème.

« On est dans un pays où la concurrence entre opérateurs du secteur est loyale. Notre demande n’est pas de diminuer l’impôt qu’on paie. Pour accélérer le développement de notre investissement, nous demandons simplement que l’impôt soit intelligent, c’est-à-dire qu’il favorise le développement de notre activité. Par exemple, très peu de smartphones entrent dans ce pays des manières légales à cause des droits de douane très élevés. D’autres pays d’Afrique ont des taux beaucoup plus bas des smartphones, les téléphones entrent par des voies normales et sont de meilleure qualité et à la fin le pays reçoit plus de droits de douane », avait dit Bruno Mettling.

L’un des deux géants de la téléphonie mondiale quitte la RDC alors qu’en mars 2017, dans une étude de Target SARL, Samsung confirmait son leadership en RDC concernant les marques de smartphones utilisées. Plus de 4 personnes sur 10 interrogées par le cabinet affirmaient utiliser Samsung, reste à savoir s’il s’agissait des produits originaux. Visiblement pas, à en croire Ki-Chang Kwon.

Sur le plan mondial, Samsung avait enregistré un bénéfice record, en 2017, grâce au succès commercial de Samsung Galaxy S8 et du Galaxy Note 8.

PARTAGER