Dans une correspondance adressée au président sud-africain Cyril Ramaphosa, dont 7SUR7.CD s’est procuré une copie, le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social(UDPS), Jean Marc Kabund- a- Kabund, déplore l’attitude du successeur de Jacob Zuma qui, lors de sa dernière visite à Kinshasa a jugé bon de recontrer seulement le candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary alors qu’il ya d’autres acteurs politiques importants dans l’opposition qui méritaient aussi cette consultation présidentielle.

Kabund a mal vue la rencontre Shadary – Ramaphosa qui semble être pour lui, un penchant vers un camp.

Acteur important dans la SADC, Pretoria a toujours joué et continue à jouer de son influence dans la crise congolaise depuis l’époque de Nelson Mandela en 1997 avec la fameuse rencontre Laurent Désiré Kabila – Joseph Mobutu sur le bâtiment militaire Outenika.
L’Afrique du Sud a aussi joué un rôle important en 2002 en organisant le dialogue inter Congolais de Sun- City qui a donné naissance à l’Accord Global et Inclusif sous le président Thabo Mbeki.

Toutefois, les présidents sont libres de rencontrer les leaders politiques de leur choix pour leur conférer une stature présidentielle.
Cela se fait en fonction des affinités politiques.
C’était notamment le cas avec le candidat Nicolas Sarkozy reçu par Angela Merkel alors que le même honneur n’avait pas été réservé à François Hollande.
Les sud-africains ont sûrement jeté leur dévolu sur Emmanuel Ramazani Shadary.
Même si cela a une influence certaine sur l’opinion, en définitive ce sont les congolais qui trancheront le 23 décembre 2018.

PARTAGER