Tel qu’annoncé la semaine dernière, les leaders de l’opposition, candidats déclarés, à la présidentielle se sont réunis ce lundi 06 Aout au Cercle Français dans la commune de la Gombe pour discuter des modalités pouvant les amener a aligné un Candidat commun de l’opposition au scrutin du 23 décembre prochain.
L’absence d’autres figures de proue de l’opposition n’a pas empêché la tenue de cette réunion extrêmement importante et dont le peuple congolais porte à cœur.

La première journée a connu la participation de 5 leaders de l’opposition, notamment Fiyou NDONDOBONI, Président du Parti ORANGE et initiateur de ces assises, Daniel MWANA-NTEBA, Premier Secrétaire du Parti Socialiste, Monique Mukuna MUTOMBO, Présidente Nationale de la plateforme RDC-NOUVELHORIZON, Noel TSHIANY et Gabriel MOKIA.

Les participants se sont convenus de présenter, demain mardi 07 Août, le candidat commun de l’opposition à l’opinion publique à l’issue d’un vote à bulletin secret, avec comme principe que chacun d’eux ne vote pas pour soi-même. L’heureux promu déposera ensuite sa candidature le mercredi 08 Aout à la Ceni et obtiendra le soutien du groupe.

Notons que les critères ci-après ont été retenus pour le choix de ce candidat commun :
– Etre licencié
– Avoir travaillé durant 15 ans dans une institution publique ou privée ;
– Incarner la rupture et le changement
– Ne pas avoir participé à la megestion du pays ;
– Etre rassembleur
– Avoir une intégrité et une moralité sans faille ;
– Remplir les critères fixés par la CENI

Au sujet de l’absence d’autres leaders de l’opposition, Daniel Mwana-Nteba a indiqué ce qui suit : « Le train est en marche. Je pense que monsieur Ndondoboni a fait les choses comme il le fallait. Il y a eu beaucoup d’assurances et des confirmations. Bon, je ne veux pas spéculer. Je ne sais pas les raisons qui ont empêché ceux-là d’être avec nous.
Ce que je sais est que nous sommes dans la nécessité absolue d’avancer et d’arriver à déposer Mercredi la candidature commune du candidat commun qui sera dégagé ici. Si les autres veulent nous rejoindre demain, rien n’est fermé ! On va évoluer. Le tout c’est réfléchir Congo, réfléchir Unité sans pour autant se dire que je suis plus grand que X et Y. Aujourd’hui, la vraie grandeur de l’homme politique consistera à savoir s’effacer pour l’intérêt de la République, à sa capacité d’écoute par rapport à ce que lui, le grand, considère comme les petits et d’oublier sa grandeur afin de se rappeler de la grandeur de la RDC et non pas des individus. L’amour du Congo doit être notre leitmotiv à tous ».

MONIQUE MUKUNA : ‘’Nous sommes venus tous ici par demande de la population. Moi, je n’étais pas partante. Mais, puisque c’est pour la RDC, nous sommes obligés de nous y mettre. Notre objectif n’est pas de gagner le pouvoir autour d’un individu mais c’est plutôt remettre le pouvoir au peuple. C’est ce qui justifie notre réunion.
Ceux qui ne sont venus ont peut-être crus qu’ils sont trop grand et qu’ils ont déjà eu la victoire ou encore ils pensent qu’ils peuvent se réunissent entre eux les grands.
Un grand dans la politique congolaise c’est celui qui peut mettre son égo de côté et penser à la population congolaise. Arrêter de nous parler des grandes figures, des baleines ; ça ne résoudra en rien la crise actuelle ‘’.

NOEL TSHIANY : ‘’Nous avons longuement discuté de la procédure qu’il faudra suivre pour arriver à dégager le candidat commun de l’opposition. Nous avons été animés par une chose : mettre les intérêts de la République Démocratique du Congo et du peuple congolais avant toute considération. Chacun était prêt à pouvoir mettre de l’eau dans son vin pour que le candidat commun représente non seulement la rupture, mais également la notion du changement que nous voulons incarner pour la RDC’’.

FIYOU NDONDOBONI : ‘Nous avons durement travaillé aujourd’hui. Ceux qui vont venir demain, ils vont nous trouver sur une base d’un travail déjà fait. Demain, nous allons lever l’option pour que nous puissions avoir une candidature commune qui sera déposée le mercredi pour l’intérêt de notre peuple qui veut que l’opposition soit ensemble. Nous faisons ce qui est meilleur pour notre peuple et nous allons poursuivre cette démarche’’.

GABRIEL MOKIA : « Le peuple a toujours dit qu’il voulait l’unité de l’opposition. Voilà le moment. Cette unité vient d’être concrétisée pour que les grandes figures de l’opposition viennent aussi présenter leurs moyens de défense. S’ils sont des grandes figures, ils pourront être retenus par rapport aux critères avancés par notre ‘’petit groupe’’. Mais, s’ils ont fui c’est parce qu’ils savent qu’ils ne vont pas répondre favorablement aux critères. S’ils étaient des grandes figures, ils auront pu battre Joseph KABILA en 2006 et en 2011. Mais ne l’ayant pas fait, ils ne sont pas des grandes figures. Peut-être par arrogance. Nous, nous avançons. Car, l’union fait la force ».

LIBERTÉ PLUS

PARTAGER