La police qui encadrait son cortège a eu recours à des tirs de gaz lacrymogènes. Elle a ensuite conduit le véhicule de l’opposant à vive allure au siège de son parti. Les autorités avaient prévenu que le cortège ne devrait pas rouler à moins 40 kmh. «Nous devions protéger le sénateur, c’est une célébrité, c’est un ancien vice-président de la République, la police fait son travail», a déclaré le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

PARTAGER