L’absence d’un défilé officiel à l’occasion du 58ème anniversaire de l’indépendance de la RDC signifie que le pouvoir en place est aux abois et ne peut plus rassurer le peuple, a estimé samedi 31 juin le député Jean-Bertrand Ewanga, président du Front citoyen pour la République, parti politique de l’opposition membre de la plateforme « Ensemble pour le changement. »

« Le pouvoir qui nous gère est fatigué, aux abois, pas d’initiatives ! Et c’est ça la résultante. Habituellement, les Congolais – sous Mobutu, le 30 juin – assistaient aux grands défilés où l’Etat faisait la démonstration de toutes ses forces : sa police, son armée, ses services, les avions militaires et autres ; pour montrer la puissance qui rassure le peuple », a affirmé Jean-Bertrand Ewanga.

Contrairement à l’accoutumée, il n’y a pas eu de cérémonie officielle pour marquer ce 30 juin. Mais, à la veille, deux grands messages ont été adressés aux Congolais. D’abord celui des évêques catholiques qui leur demandent de continuer à exiger des élections crédibles dans le respect du calendrier électoral publié par la CENI et de ne céder ni à la peur ni à la résignation et encore moins à la violence. Et ensuite, celui du président de la République, Joseph Kabila, qui appelle aussi les Congolais à s’approprier le processus électoral afin de décider de l’avenir de leur Nation. Joseph Kabila a également invité les politiques à s’impliquer dans la matérialisation des élections en vue de consolider la jeune démocratie qui, selon lui, ne souffre du reste d’aucun complexe.

PARTAGER