Selon un contrat signé à Washington qui a fuité dans les réseaux sociaux, le président de la CENI, Corneille Nangaa, aurait signé un contrat de lobbying avec une firme américaine à Washington, pour faire accepter la machine à voter. Le document renseigne que 36.000 USD ont été déboursés pour décrocher ledit contrat, et la CENI devrait payer 19.000 USD le mois du 6 juin au 6 octobre 2018.

A la CENI on minimise la portée de ces révélations.

Selon un cadre de cette institution d’appui à la démocratie, la CENI dispose d’un budget pour ses activités notamment la communication. Et c’est dans ce cadre que ce contrat rentre.

“La CENI ne peut pas seulement payer pour la communication ici en RDC. On a besoin de la communication nationale et internationale. Parce qu’on suppose que ça soit ici ou à l’étranger, les gens ont besoin d’avoir l’information”, a-t-il déclaré.

Pour lui, il ne s’agit pas d’un lobbying pour faire accepter la machine à voter mais plutôt d’une agence des relations publiques pour l’image de la CENI, et que les gens doivent arrêter de spéculer.

“Le processus électoral est congolais c’est vrai, mais on a des partenaires techniques non congolais. Si aujourd’hui, on a besoin d’avoir une agence des relations publiques pour renforcer l’image de marque de l’institution et précisément de l’information électorale, c’est pas mauvais qu’on paye cette agence”, a martelé cet agent sous couvert d’anonymat.

Pour lui, la CENI est à la phase de la vulgarisation et de la sensibilisation de l’information électorale.

“Il y a une agence de la place qui a été contactée pour la sensibilisation et elle a été payée pour ça. Mais pourquoi quand il s’agit d’une agence basée à Washington, les gens doivent polémiquer? Il a fait des interviews avec The Times et bien d’autres médias et vous pensez que c’est gratuit”, s’est-il demandé.

C’est Pygma qui a remporté le marché de la sensibilisation sur le plan interne pour un montant de loin supérieur à celui de la firme américaine, révèle notre source.

“Ce week-end on convoque l’électorat. Alors que les gens se calment parce que les choses sérieuses commencent. On veut voir les candidats car c’est ça l’essentiel”, a-t-il conclu.

Ces informations viennent une fois de plus relancer le débat sur la machine à voter, qui en soi, n’arrive toujours pas à convaincre une bonne partie de la classe politique et sociale congolaise.

Sans elle, avait prévenu le président de la CENI, le report des élections est inévitable. Au moins 6 mois !

Commentaires