Après que le vice-Premier ministre chargé des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale, Léonard She Okitundu, ait reçu, samedi 26 mai, les représentants diplomatiques, accrédités à Kinshasa, de la République Française, du Rwanda et de l’Angola sur les propos d’Emmanuel Macron au sujet de la RDC.

« Qu’est-ce qui a été dit entre Emmanuel Macron et Paul Kagame sans que nous le sachions ? Il s’agit de la RDC, pays souverain comme la France et l’Angola. Nous avons attendu la réponse. Si elle n’est pas satisfaisante, nous tirerons toutes les conséquences. Certains ont pris l’habitude de parler de nous sans nous. Personne n’a le droit d’envisager des solutions aux problèmes congolais sans nous. Jusque-là, nous ne sommes pas fâchés », a dit Lambert Mende au cours d’une conférence de presse.

Le Président Français avait déclaré soutenir une initiative de l’Union africaine, Paul Kagame, et le Président de la SADC et président Angolais, João Lourenço.

« Nous avons aussi évoqué la situation en République démocratique du Congo, la position de l’Union africaine et des pays de la région est pour moi essentielle. J’y suis très attaché, et je peux dire ici que nous partageons constamment analyse et position et que la France soutient l’initiative prise par le président de l’Union africaine en lien étroit avec le président angolais », avait déclaré Emmanuel Macron.

Lambert Mende a prévenu également que les pays voisins qui se seraient tentés une initiative belliqueuse contre la RDC. Il a rappelé le sort réservé à Mobutu après dit-il avoir servi pour déstabiliser d’autres pays voisins.

« Politiquement et militairement, nous avons des moyens. Nous avons un peuple plus aguerri, une armée plus équipée. Quiconque viendrait avec des manœuvres hostiles, ce ne sera pas une promenade de santé », a déclaré le ministre des Médias.

PARTAGER