Au terme d’un échange qu’il a eu samedi avec le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku, le président de la CENI Corneille Nangaa a recommandé à la chambre basse du Parlement de lever une option pour annuler l’enrôlement des congolais de l’étranger, estimant qu’il serait techniquement difficile d’organiser cette opération dans le respect du calendrier électoral.

Pour Delly Sessanga, le secrétaire général d’« Ensemble », la plateforme politique qui soutient la candidature de Moïse Kutumbi la prochaine présidentielle, la déclaration du président de la CENI s’inscrit dans « une stratégie du pouvoir de reporter les élections au-delà du 23 décembre 2018 ».

« C’est évident que la prochaine étape pour la CENI c’est de nous dire que nous n’avons pas les moyens pour financer le processus, pour pouvoir nous justifier à bout de chaine une décision inacceptable du report des élections au-delà de la date du 23 décembre 2018 », analyse l’opposant.