« La RDC n’est pas contre la solidarité internationale » précise Léonard She Okitundu, vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, au premier jour de la conférence humanitaire pour lever des fonds en faveur des populations démunies de la RDC, qui se tient à Genève, à laquelle ne participe pas le gouvernement congolais.

Une absence « en protestation contre la manière cette conférence a été organisée », précise le chef de la diplomatie congolaise, pour qui « le gouvernement de la RDC est le représentant légitime des populations auxquelles on veut venir en aide ».

Une conférence-étape avant l’aide.

« Nous allons apprécier la manière dont va s’articuler la gestion » des fonds, précise le ministre.

Le gouvernement ne veut pas « uniquement qu’on largue des sacs de riz et des produits alimentaires en faveur de ces populations. Nous voulons qu’on prenne en considération le retour de ces gens dans leur région d’origine ».

Avant l’ouverture de la conférence humanitaire internationale, les organisateurs envisageait une enveloppe finale de plus de 1,7 milliard de dollars.

A la mi-journée de ce vendredi, Mark Lowcock, le sous secrétaire d’état de l’ONU aux affaires humanitaires estimait qu’un tel « financement (de la réponse à la crise humanitaire congolaise) est le principal obstacle à la réponse humanitaire » dans ce pays.

« Les Nations Unies continueront à travailler avec le gouvernement (congolais) pour trouver des solutions à cette crise ».

Leonard She Okitundu estime que cette conférence à l’issue de laquelle, avec la RDC, sera une étape dans la reprise des discussions avec la RDC avant d’apprécier comment sera distribuée cette aide.

« Si c’est une simple assistance qui ne tient pas compte de la réinsertion des personnes concernées », le gouvernement pourrait la refuser.

Car, rappelle le chef de la diplomatie congolaise, « les organisateurs semblent avoir intégré les avis de la RDC, qui n’est pas contre la solidarité internationale mais contre la manière avec laquelle la conférence est organisée ».

Les conditions de la RDC

Selon le vice-premier ministre, le gouvernement de la RDC aurait dû être associé à l’organisation de cette conférence, « nous ne pouvons pas venir à cette conférence en tant qu’invité nous voulons venir en tant que partie prenante à l’organisation ».

Les fonds qui seront récoltés dans le cadre de cette conférence seront envoyés directement aux ONG locales mais le gouvernement se réserve le droit de restreindre l’action de ces organisations qui travailleront avec « des pays (qui ont pris des mesures de sanctions contre certaines personnalités congolaises) qui ne peuvent pas se permettre de venir manifester leur solidarité avec le pays qu’ils sanctionnent », déclare Léonard She Okitundu.

« C’est pour cela que nous disons que les ONG qui auront bénéficié de l’appui dans le cadre d’une soi-disant solidarité envers la RDC se verront interdites d’exercer leurs activités ».

PARTAGER