Dans une interview diffusée ce dimanche 8 avril 2018 à la télévision catholique RTCE, l’archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo Pasinya, a promis de s’impliquer pour que l’aide qui sera collectée le 13 avril prochain à Genève en faveur des victimes de la crise humanitaire en RDC arrive à destination.

« Je vais travailler pour que l’aide qui sera donnée soit remise aux gens qui souffrent » a notamment dit le cardinal.

La RDC refuse de participer à la levée de fonds qui se tiendra le 13 avril 2018 à Genève dans le but de réunir 1,7 milliard de dollars américain. Pour le gouvernement congolais, le niveau de la crise humanitaire n’est pas aussi « excessif » dans le pays.

Bien que les Nations unies aient décidé de sortir la RDC de la catégorie L3, soit le plus haut degré de crise humanitaire, les autorités congolaises maintiennent leur décision de ne pas participer à la conférence des donateurs. Une contre-offensive diplomatique est même lancée par Kinshasa auprès certains pays pour les dissuader à participer à cette levée de fonds.

Le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa estime que le gouvernement congolais ne peut pas refusé de participer à la conférence de Genève prévue le 13 avril prochain au cours de laquelle l’ONU et l’Union européenne (UE) projettent de mobiliser 1.7 milliards de dollars réclamés par les humanitaires pour répondre aux multiples crises humanitaires en RDC.

« on ne peut pas refuser une aide quand on a les mains vides » a déclaré le cardinal Laurent Monsengwo après la célébration de la messe de miséricorde dimanche 8 mars au Centre Lindonge.

Le Cardinal promet alors, de « tout faire » pour que les déplacés et personnes en besoin humanitaire puissent bénéficier de l’aide qui sera donnée lors de la conférence de Genève.

Le gouvernement congolais dénonce le classement des systèmes des Nations Unies qui place la RDC au niveau le plus élevé dans l’échelle des besoins humanitaires (L3). Ce que Kinshasa qualifie d’exagération de comparer la RDC à d’autres pays où “se déroulent des guerres à haute intensité engageant des armées de plusieurs pays, avec des bombardements massifs”.

PARTAGER