La famille de Rossy Mukendi, tué le 25février dernier en marge d’une manifestation du Comité Laïc de Coordination, s’est rendue ce samedi 7avril à la morgue centrale de Kinshasa pour vérifier si son corps n’a pas été enterré secrètement. Il ne leur a pas été permis d’accéder à la dépouille.

« On a besoin de voir le corps de notre frère. Après la morgue, nous nous sommes rendus à l’Hôtel de ville, on nous a demandé d’écrire à nouveau. Ça nous inquiète. Nous ne croyons pas que toutes les familles qui pleurent leurs morts à la FIKIN passent par une autorisation préalable de l’Hôtel de ville de Kinshasa. Pourquoi seulement Rossy ? Nous sommes venus à la morgue pour confirmer qu’il n’a pas été enterré secrètement. Ils ne nous ont pas permis de voir le corps, mais ils nous ont confirmé qu’il n’a pas été enterré. Nous avons vu les policiers et le responsable du service Conservation», a dit Mirelle Kanku, la grande sœur de Rossy Mukendi.

Elle ne cache pas l’incompréhension de la famille face à cette situation étant donné que même le lieu où doit s’organiser les obsèques exige aussi une autorisation préalable de l’hôtel de ville.

« A deux reprises, nous sommes allés payer à la FIKIN, mais les responsables de cet espace ont refusé de prendre notre argent nous obligeant d’avoir une autorisation de l’hôtel de ville. Dans la culture luba, nous ne pouvons pas vaquer à nos autres occupations. Ses enfants ne vont pas à l’école, sa veuve et ses parents passent nuit dehors. Les avocats continuent, mais aujourd’hui nous sommes-là pour dire que nous sommes fatigués », a-t-elle ajouté.

Les avocats, les membres de la société civile et la famille se réuniront le lundi prochain pour évaluer la situation et envisager d’autres actions.

Commentaires

PARTAGER