Le regroupement politique de soutien à la candidature de Moïse Katumbi ne décolère pas. Dans un communiqué publié dans l’après-midi, vendredi, « Ensemble pour le Changement » dénonce l’acharnement judiciaire dont serait l’objet son champion, après les propos polémiques du Secrétaire permanent du PPRD sur l’ancien gouverneur du Katanga.

Invité de RFI quelques heures plus tôt, Emmanuel Shadary avait en effet declaré que Moïse Katumbi « sera bientôt condamné » insistant même que « pour celui-là, c’en est fini ». Pour ENSEMBLE, il n’y a plus l’ombre d’un doute sur la connexion entre les pouvoirs politique et judiciaire.

« Ces propos viennent corroborer les manœuvres déjà entreprises au niveau du Parquet General de la république qui a requis sur instruction du Ministre de la justice, une fixation de la prétendue affaire de mercenaires devant la Cour suprême de justice pourtant incompétente », constate ENSEMBLE.

La formation de Moïse Katumbi condamne ainsi « ces affirmations » de la Majorité qui, selon elle, se « substitue à la justice, donne injonction à celle-ci au mépris des principes de présomption d’innocence, de concert avec le Parquet », expose le communiqué qui poursuit : « Il s’agit d’une énième instrumentalisation grossière de l’institution judicaire ».

Pour ENSEMBLE, il ne s’agit ni plus ni moins d’une cabale « orchestrée » dans un acharnement judiciaire visant à « empêcher » son candidat de concourir à la présidentielle du 23 décembre 2018.

Moïse Katumbi n’a quant à lui fait aucun commentaire. Son porte-parole l’a fait pour lui. Dans un tweet, Olivier Kamitatu a choisi de faire dans l’ironie. « On savait que la justice en RDC était aux ordres du régime Kabila ! Mais que Shadari, le Secrétaire Permanent du PPRD, l’avoue en direct sur les ondes de RFI en annonçant la prochaine condamnation de Moïse Katumbi… Là, on reste bouche bée. Chapeau l’artiste ».

PARTAGER