A la suite de notre enquête sur la transparence des élections en Afrique, l’ambassade de Corée du sud à Kinshasa nous a adressé un e-mail précisant « sa position officielle » sur le sujet.

En termes très directs, elle s’y désolidarise de Miru systems, le fabricant sud coréen de fameuse « machine à voter », qui doivent être utilisées lors des prochaines élections congolaise.

Le gouvernement coréen a dûment expliqué au fabricant les risques potentiels en cas d’exportations de ces machines, y lit-on. plus particulièrement, exporter ses machines en RDC pourrait donner au gouvernement congolais un prétexte pour obtenir des résultats indésirables liés aux élections, notamment un retard additionnel à leur tenue.

L’ambassade nous a informé par ailleurs que l’association mondiale des organes de gestion des élections (A-WEB), une organisation sud-coréenne qui fournissait un soutien technique à la commission électorale nationale indépendante (CENI) congolaise, « a rompu ses liens avec la RDC, suivant la position du gouvernement coréen » en décembre 2017.

Commentaires

PARTAGER