La Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) a rejeté jeudi 8 mars les appels interjetés par Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido contre leur condamnation à des peines de prison pour subornation de témoins.

Invité à commenter ce verdict, Me Aimé Kilolo, avocat au barreau de Bruxelles et un de cinq accusés dans l’affaire, s’est réjoui de cette décision, la qualifiant de « victoire partielle ».

L’avocat relève que dans ce jugement, la chambre d’appel a acquitté les cinq accusés de 14 chefs d’accusations.

« Ce qui veut dire en termes pratiques que l’affaire est à nouveau renvoyée devant la chambre de première instance qui va devoir à nouveau reprendre une nouvelle décision non pas sur la culpabilité mais sur le taux de la peine. Pour nous, c’est une victoire partielle », a dit l’avocat de Jean-Pierre Bemba.

Me Kilolo rappelle que le bureau du procureur de la CPI était allé en appel de leurs condamnations pour réclamer que chacun de cinq accusés soit envoyé en prison pour cinq ans.

« C’est donc un désaveu du réquisitoire du procureur par la chambre d’appel », a-t-il soutenu.

Commentaires

PARTAGER