C’est le moment de vérité sur la sonangol. Des accusations graves et calomnieuses sur mon administration à sonangol ne seront pas impunies. Sans peurs et de conscience tranquille, je réponds à toutes les accusations contre moi lancées à la conférence de presse du 28 février.
#direitoaverdadeSonangol
Objet : communiqué de presse
C’est avec étonnement que j’ai suivi les déclarations faites lors de la conférence de presse de sonangol le 28 février 2018.

Je ne peux m’empêcher de démontrer ma totale indignation quant à la manière dont, sous le titre de  » constatations / faits des accusations et des insinuations graves ont été faites, dont certaines calomnieuses, contre mon honneur et contre le travail sérieux, professionnel et compétent que la L’équipe du précédent conseil d’administration a développé pendant 18 mois.

Après seulement 4 Diapositives Très génériques et superficielles sur la performance de l’entreprise et du secteur pétrolier en Angola, la conférence de presse a rapidement cessé de se concentrer sur ce qui devrait être son but :
– analyser l’entreprise, et détailler le plan de restructuration de la sonangol et du secteur, qui ont tant besoin, poursuivre le processus de transformation, et restructuration initié par le précédent ca, et comme l’a demandé l’exécutif.

Au lieu de cela, une attaque directe a été lancée au conseil précédent, et à ma personne en particulier, avec des insinuations et des accusations directes de malhonnêteté.

Je tiens à vous dire clairement que je ne manquerai pas de prendre toutes les mesures et d’engager toutes les dispositions légales, appropriées et nécessaires à la protection de mon bon nom et de la défense de mes droits.

Sans préjudice de cela, je ne peux que répondre d’ores et déjà à certaines des accusations lancées dans ce document :

1. Programme de restructuration de la sonangol :
Les accusations et insinuations prononcées, en plus de fausses, servent à attiser un climat d’instabilité et de méfiance, qui nuit à la sonangol, et détourne l’attention de ce qui est certainement le souci fondamental –

 » quel est l’avenir de l’entreprise ? Et comment renforcer la compétitivité du secteur pétrolier ? »

• Pourquoi Carlos Saturnin Fabrique-T-il ces mensonges et remet en cause les décisions prises par le précédent conseil d’administration et par l’exécutif ?

C’est plus qu’un cirque, une mise en scène ! Chercher un bouc émissaire pour cacher le passé noir de sonangol, et choisir de porter des accusations au conseil d’administration précédent !

Or, ce n’est qu’une diversion, pour tromper le peuple sur qui a réellement coulé la sonangol. Et ce n’est certainement pas ce conseil d’administration que j’ai présidé, et qui a duré 18 mois qui a conduit à la faillite !

• En 2015, après la présentation par le Dr. Francisco lisons, alors pca de la sonangol, du « rapport sauvetage de l’ efficacité des entreprises », l’exécutif angolais a pris connaissance de la gravité du problème de la sonangol.

La Sonangol, qui devait être la deuxième plus grande société d’Afrique, a su tout à coup qu’elle était fauchée et incapable de payer sa dette bancaire.

En conséquence, l’exécutif angolais a pris la décision de créer la commission de restructuration du secteur des produits pétroliers et d’engager un groupe de consultants externes.

• La Commission de restructuration du secteur des produits pétroliers créée par décret présidentiel 86/15 date 26.10.2015, a été composée de : Ministre des pétroles, ministre des finances, gouverneur du bna, PCA de la sonangol, ministre de la maison civile de la présidence de la République.

Transcrevo le procès-verbal de la réunion de la commission du secteur des pétroles, tenue à Luanda, au CDI le 15 décembre 2015 :

Cadeaux : Minfin, minpet, bna, PCA SNG, ministre de la maison civile,
Vaccin (AG, JH) Pwc (si, JM,) Vda (PTC, ra), sage
Document de soutien :  » 151211-Réunion _ Commission-Kick-OFF _ v10″

Présentation des différentes équipes (BCG, vda et pwc) de consultants ;
L’importance du projet d’avoir un gestionnaire transversal dans le projet étant donné la complexité et l’exhaustivité du projet ;
Les références de chacune des entreprises consultantes ;
Présentation du calendrier et étapes du processus –
 » délai exigeant ; projet commencera par un diagnostic détaillé, suivi d’un dessin détaillé enfin un plan de restructuration détaillé. ».
« …. nous chercherons tout au long du processus d’identifier Quick-Wins qui permettent d’aller des économies de coûts et d’augmentation des efficacités. »

• Et, comme délibéré dans le procès-verbal lui-même :
 » L’importance du projet d’avoir un gestionnaire transversal dans le projet étant donné la complexité et l’étendue du projet ; »

C’est ainsi, pour le gouvernement angolais, signé par le ministère des finances, un contrat de conseil pour la restructuration du secteur des produits pétroliers en Angola, avec entreprise Wise Consulting, en tant que coordinateur d’un large groupe de consultants identifiés.

L’exécutif a demandé que ce groupe de consultants identifiés crée la solution et soutienne également la mise en œuvre de la solution, afin de soutenir et de travailler avec la gestion de la sonangol.

Ce contrat a ensuite été cédé à l’entreprise matter pour des raisons d’organisation interne du groupe de consultants et à leur demande. Matter, a été le gestionnaire transversal du projet, a été l’entité coordinatrice, et gestionnaire des divers programmes de conseil fournis dans le cadre de la restructuration de la sonangol, notamment par les consultants : Pricewatercoppers, Boston Consulting Group, odkas, ucall, vda, mackinsey, etc.., Et qui a eu la responsabilité d’optimiser les coûts, les prestations et les résultats des conseils.

La cession de la position contractuelle, et l’embauche a été officielle, et avec l’autorisation du conseil d’administration de la sonangol, et de son panneau de configuration, président du Directoire, conformément au procès-verbal numéro 7 date du 23 mai 2017.

• Remettre en cause aujourd’hui les décisions prises par le gouvernement angolais en 2015 et 2016, remettre en cause la présence de consultants, mettre des soupçons sur le travail réalisé et les paiements faits, signifie nier le fait que la sonangol était fauchée.

• Remettre en cause la décision du gouvernement angolais de vouloir restructurer la sonangol, et essayer de manipuler l’opinion publique, afin que l’on pense que l’administration précédente a amené les consultants par manque de compétence ou par des intérêts privés, signifie vouloir réécrire l’histoire, et attribuer À D’autres, les responsabilités de la faillite de sonangol.

Cette manipulation des faits ressemble à un véritable révisionnisme, et ne peut avoir pour objectif que le retour en force de ce qu’il convient d’appeler comme « L’ ancienne école » de la sonangol.

2. En ce qui concerne les coûts de consultants

• Face à cette insinuation de dépenses excédentaires et de gaspillage en consultants, j’affirme que le conseil d’administration que j’ai présidé est celui qui a le moins dépensé en conseil chez sonagol ces 5 dernières années !

Contrairement à vos affirmations, voici les faits :
➢ En 2014 la sonangol a dépensé 254 mio$ avec conseil.
➢ En 2015 la sonangol a dépensé 115 mio$ avec conseil.
➢ Le coût de conseil en 2016 a été : 79,7 mio$
➢ Le coût de conseil en 2017 a été : 90,5 mio$

• Le ca que j’ai présidé a réduit à environ la moitié les coûts de conseil par rapport à la moyenne annuelle pour la période 2013-2015.

Cette réduction des coûts de conseil a été réalisée, sans préjudice de la qualité et de la capacité d’atteindre la valeur de l’équipe de consultants sélectionnés, impliquant 10 entreprises, dont des leaders internationaux de conseil stratégique et de gestion, cabinet d’avocats de première ligne et la plus grande Société D’audit et Conseil Financier du monde, entre autres.

• Je rappelle le diagnostic de la situation de l’entreprise réalisée par le Dr. François Lisons, PCA de la sonangol qui m’a précédé, dans le rapport « sauvetage de l’ efficacité d’ entreprise » avec date du 15 mai 2015. Dans les mots mêmes de l’ancien Pca Francisco lisons, il reconnaît les faiblesses de la sonangol, je cite :

1.  » la sonangol présente une énorme et telle extrême faiblesse de s’installer et de se déplacer par elle-même. (…)
2. Le modèle opérationnel actuel, qui a acquis une dimension différente et accrue après 2008, se caractérise par la dépendance croissante de la sonangol du (…) externalisant des services de base à spécialiser. (…)
3. » le modèle opérationnel de sonangol a échoué et est fauché. Nous cessons d’apprendre à  » savoir faire  » et nous apprenons à  » engager / sous-traiter « . »
4. » les fonctions critiques sont exercées par des  » tiers  » dans pratiquement toutes les filiales de l’entreprise « .

• Nous ne pouvons pas oublier ou cacher cette situation de départ, décrite par le Dr. François lisons en mai 2015, et il n’est pas possible dans une entreprise d’arrêter cette dépendance de tiers d’un jour à l’autre !

Capacité et promotion de talent et de cadres angolais :

• Malgré cette dépendance historique de la sonangol de consultants extérieurs, le ca que j’ai présidé a fait – contrairement aux administrations précédentes – un effort très évident de modifier la situation, et de renforcer la structure des cadres de la sonangol, internalisant des compétences vitales, et ainsi diminué de moitié Les coûts de conseil par rapport aux années précédentes.

Nous avons réussi à réduire les coûts de conseil de moitié, à comparer avec l’an 2014, grâce à diverses initiatives, notamment :

• Identifier, recruter et promouvoir des jeunes talents angolais à de nouveaux postes ;

• Nous créons pour la première fois dans la sonangol le programme de formation des futurs dirigeants, en les habilitant à exercer des fonctions de direction conformément aux meilleures pratiques de gestion internationales ;

• Promotion de dizaines de cadres nationaux nationaux pour des postes importants dans les différentes structures des différentes entreprises du groupe.

• Récupération de tableaux de grande valeur qui étaient inactifs, à la maison, en régime d' »attente de placement », et qui sont passés à intégrer des commissions exécutives et des directions de la sonangol ep et ses filiales.

• L’invitation et le recrutement de cadres angolais de haute valeur qui travaillaient dans des entreprises internationales et Pétrolières étrangères.

Nous >perante cette réduction évidente des coûts avec des consultants, on ne comprend que l’insinuation et l’information partielle de la conférence de presse comme diffamatoire.

3. Virement bancaire et paiement de factures d’une valeur de usd38. 1 millions

Il est faux de dire que des virements bancaires de USD 38,18 millions ont été effectués après la cessation des fonctions de l’administration précédente.

M. Carlos Saturnin tente délibérément de confondre l’opinion publique en faisant vouloir
Qu’il y aurait une irrégularité, ou un manque d’éthique.

Or, l’éthique professionnelle est établie par la loi et le statut de gestionnaire public.

>Realçamos, que le statut de l’ordonnateur est clair à cet égard, et c’est la loi applicable aux administrateurs de snl. e.p., et qui consacre à son article 27. Ce qui suit :

« en cas de cessation du mandat, le gestionnaire d’ entreprise public nommé reste dans l’ exercice de ses fonctions, sous régime de gestion courante, jusqu’ à la prise de possession du nouveau titulaire »

La nomination du nouveau ca s’est produite le 16 novembre 2017, les réunions de passage de dossier commencé ce jour-là. Il n’y a pas d’instructions de paiement ou d’autres instructions avec une date ultérieure au 15 novembre 2017.

Jusqu’à cette date, c’est-à-dire jusqu’au 16 novembre, l’entreprise doit continuer son activité et fonctionner normalement, l’obligation des administrateurs en fonction d’assurer le traitement des affaires sociales comme c’est normal et courant, comme c’est le Paiements de factures de travaux rendus, et déjà livrés à l’entreprise.

• Et, le fait que plusieurs paiements à plusieurs entités ont été effectués, et pas seulement celui-ci, comme il est normal dans une entreprise de cette dimension avec des centaines de transactions par jour.

• Le traitement et les paiements de ces factures d’une valeur de 38,1 mio$ aux consultants, qui est comptabilisé comme une partie de la valeur de 90.5 mio$, eu comme coût de conseil pour l’année 2017. Et comme il a déjà été prouvé, cette valeur de conseil a été plus Bas que ceux du conseil d’administration avant le nôtre.

• Il s’agit de paiements totalement légitimes de factures émises, relatives au travail effectivement réalisé, et fournis par plusieurs consultants sous-traitants dans le cadre des travaux du projet de restructuration de la sonangol.

Nous remarquons également que l’affirmation d’une instruction des paiements le 17 novembre est fausse.

4. Rémunération et traitement des salaires
Affirmer que chacun des administrateurs du ca précédent a reçu, pour les 17,5 mois qui ont été en fonction, un total de 145 salaires est faux, diffamatoire et diffamatoire.

Dire que l’on a tenté de cacher des paiements indus aux organes sociaux et de direction est faux !
C’est une aberration d’affirmer qu’une transaction financière ou paiement qui est enregistrée dans sap est cachée !

Si la nouvelle administration a vu ces dossiers de paiement des salaires dans le SAP, qui est l’ordinateur qui fait l’enregistrement de la comptabilité de l’entreprise, cela signifie en fait que rien n’était caché, et au contraire que tous les paiements de salaires étaient enregistrés.

Les salaires salariaux dans le « mandant 100 », prix au point 13 du chapitre 2 de la conférence de presse, ont abouti au processus de normalisation et de contrôle du système sap qu’il était vital de mettre en œuvre.

• La gestion du système sap ne remplissait pas les bonnes pratiques internationales, avec un nombre excessif de 60 personnes à avoir accès total, et pouvoir donner des instructions, à toute information financière dans le système.

• LE COMPTE SAP « mandant 100 » a été créé pour le traitement des salaires, avec accès restreint aux personnes de la direction ressources humaines et ca.

• Le système sap est totalement transparent, et auditável, et tous les registres et les transactions sont reflétés dans la comptabilité. La référence à l’existence « boîte 2″ est fallacieuse !

Plus grave est la manière trompeuse de présenter les  » faits  » de  » 8 collaborateurs des organes sociaux ont un traitement de 145 mois de salaire, soit une renumérotation 8,9 millions usd « .

>Cada Administrateur a reçu seulement 18 mois de salaires pour les mois ouvrés ! Les salaires ont été payés à kwanzas, pas en dollars comme m. Charles Saturnin.

• La Alegacão, que tous les téléspectateurs ont entendu, de la façon dont j’aurais reçu le paiement de 145 mois de salaires, est, je le dis, un mensonge indigne d’un gestionnaire public.

• Je prends en témoignage l’opinion publique, et la presse, et toute société angolaise, et j’invite m. Carlos Saturnin, qui a tous les accès au système comptable sap, et les fiches de paiement de salaires effectuées chez sonangol, à produire la preuve documentée de ce qu’il a dit. Sinon j’invite le, en homme de
• Honneur, à par sa fonction la disposition.
Plus encore, et par clause de non-concurrence, contractuellement la sonangol doit continuer à rémunérer pendant deux ans les salaires des administrateurs après avoir cessé les fonctions, et cela n’est pas respecté par l’actuel ca de la sonangol, car ils ont décidé de ne plus rien payer aux Anciens administrateurs en violation des dispositions en la matière dans les règlements de l’entreprise.

5. Conflit d’intérêts avec bfa et eurobic
Il est fallacieux d’affirmer que l’ancien conseil d’administration a privilégié les banques bfa et bic pendant leur

Mandat. Cette insinuation est fausse.
L’ancien conseil d’administration a fait l’ouverture de relations commerciales avec v

Intermédiaires de nouvelles banques nationales et étrangères, et seulement pas avec le bfa, bic et eurobic. De nouveaux comptes ont été ouverts à la bank of America Merrill Lynch et le millénium bcp. A titre d’exemple, il a été déposé à la banque Merrill Lynch of America au-dessus d’un milliard de dollars. Et C’était avec

Merryl Lynch, afriexem bank, icbc, et standard chartered bank, les banques internationales avec lesquelles nous travaillons le plus.
En juin 2016,

Nous sommes confrontés à des situations choquantes et inquiétantes : Sonangol maintenait 80 % de ses dépôts en akz et en USD.
• En une seule banque, à la banque bai, soit des dépôts à l’ordre de 752 m USD en décembre 2016.
La banque bai est une banque privée où la est actionnaire minoritaire, avec seulement 8 % du capital, et le reste du capital est détenu par des associés angolais.
Les bonnes pratiques de gestion dictent qu’il n’est pas prudent de garder 80 % des dépôts d’une entreprise en un seul
• Banque, car il est risqué en cas de faillite ou de non-respect de cette banque. En tant que mesure prudente, et alignée sur les bonnes pratiques internationales, nous avons ouvert des relations commerciales avec de nouvelles banques en Angola et à l’étranger, diversifiant ainsi le
Risque, et en diminuant également les coûts financiers.
Plus choquantes, c’était les commissions exorbitantes perçues par les banques de relation historique avec sonangol, comme bai, qui prenait des taux de commission
• Des, et commissions financières sur les opérations de change de 7 %. Comparativement, nous avons obtenu une proposition de l’bfa de u

Taux de 0,75 % dans les commissions d’opérations de change
Nous avons introduit la concurrence, négocié les commissions des banques, et nous avons eu des effets positifs pour l’entreprise.
L’ouverture de compte au millénium bcp au Portugal, a amélioré l’efficacité dans la réalisation de transactions bancaires et de réduction des commissions. À titre d’exemple, la banque b.i.g. (qui détient des actionnaires angolais dans son capital social) au Portugal, et où la compte, a demandé le paiement de 3,5 mio$ comme taux de commission. Par comparaison, et par la même transaction financière, la banque millenium bcp a facturé 0 (zéro) de commission dans cette transaction.
J’attire également l’attention sur le fait que la relation privilégiée de bai avec sonangol a bénéficié de cette banque et n’a pas pris en charge les parts de marché de bai dans le système bancaire national, ni dans les conditions financières offertes.
Sur la base de l’étude « Banque en analyse » De Deloitte, la part de marché en Angola de bai en 2016 a été de 18 %, mais cette banque détenait 81 % des dépôts de la sonangol à décembre 2016.
Part de marché des dépôts au 31 décembre 2016
Marché sonangol

6. Participation à galp
En ce qui concerne l’insinuation de « tentative de faire des affaires avec lui-même » Ainsi, et pour être clair, la est entrée dans le commerce de galp en 2006 en partenariat avec l’exemple, période bien antérieure ma nomination au ca de la sonangol.
Tous ces documents ont été approuvés par sonangol et souscrits par le président du conseil d’administration de sonangol, ENG. Manuel Vicente
• En 2006, une joint venture a été formalisée entre la Esperaza (40 % par exemple energy bv et 60 % sonangol) et l’entrepreneur portugais Américo Amorim pour acquérir une participation à galp par l’intermédiaire de amorim énergie BV (55 % contrôlée par m. Américo Amorim et 45 % par esperaza)
• Le 30 juin 2017, l’exemple a adressé une communication à la sonangol dans laquelle il était proposé d’anticiper et de liquider le reste des paiements au titre de l’accord, à kwanzas.
• Le 31 août 2017, sonangol a envoyé une communication à l’exemple, signée par le PDG de sonangol eng. Paulin Jérôme, dans laquelle il donne son accord au paiement en akz de ces montants, soumis à : (I) que le paiement de dividendes de la esperaza n’intervient pas avant octobre 2017 (pour des questions internes de la sonangol) et (II) Que le paiement soit réglé dans un délai maximal de six mois après l’accord complet des parties.
• Le 13 octobre 2017, le paiement a été effectué à la suite de la totalité des valeurs dues par l’exemple, la sonangol ayant confirmé la réception du paiement du montant en cause, et déclaré qu’il n’y a rien d’autre à payer au titre des Des Accords.
• Le 17 novembre 2017, esperaza a effectué la distribution des dividendes relatifs à gapl à sonangol, comme convenu.
• Le 15 décembre 2017, les autorités néerlandaises ont payé les impôts sur les dividendes de galp reçus par sonangol,

7. Structure de la joint venture Esperaza et dividendes de galp

• La Esperaza a été un partenariat de grande réussite entre exemple et sonangol, et la valorisation de cet investissement dépasse 800 %!! il s’agit d’un projet d’indéniable succès financier.
• La proposition de modification sociétal a été faite par sonangol, et visait à optimiser la structure financière et fiscale, car la sonangol reçoit des dividendes, et paie l’impôt deux fois, une fois l’Angola, et l’autre par le biais d’une entreprise néerlandaise.
• La sonangol a proposé et l’exemple a accepté de dissoudre la esperaza, en passant les deux associés à détenir une participation directe à L’Amorim énergie, respectant ainsi les droits sociaux de la sonangol et exemple dans l’amorim énergie.
• Le nouveau ca de la sonangol incumpriu grossièrement, entre autres, les accords conclus au cours de l’année 2006, en élisant sans consultation préalable à l’exemple, deux administrateurs de la société.

Conclusion
Le
L’Investissement Réalisé en conseil a été le plus bas jusqu’à la date, et s’est traduit en valeur ajoutée, et ayant un impact concret sur la rentabilité de la sonangol, ayant

Plus de 400 initiatives de réduction des coûts (programme sonalight) et plus de 50 initiatives d’augmentation des recettes (programme sonaplus) ont été identifiées.

Ils ont permis d’améliorer les résultats de la sonangol en USD 2.2 bi.
Comme l’a affirmé le conseil d’administration actuel, le résultat de ma gestion exercée jusqu’au 15 novembre 2017,
Elle a entraîné une augmentation des bénéfices de sonangol en 177 %, et a atteint 224 $mio, et la dette a été réduite de 50 %.
Les tentatives de Carlos Saturnin de réécrire l’histoire sont la conséquence, à mon avis, d’un retour en force de la
Culture d’irresponsabilité et de malhonnêteté qui ont coulé la sonagol en premier lieu.
Le degré d’agressivité et les campagnes diffamatoires reproduites, et en parfaite coordination avec les organes de presse de l’opposition, et avec les ateliers de manipulation des réseaux sociaux, montrent qu’il y a un
Véritable nervosité dans certains moyens.
Ces moyens, avec des intérêts financiers qui, pendant des années, ont profité et construit des fortunes illégitimes au détriment de la sonangol, et maintenant tout fait pour que le scandale de mon accusation diffamatoire, distrait l’opinion publique de voir les vrais responsables.
Campagne généralisée et politisée contre moi, me fait croire que les intérêts des gens qui se sont enrichis de milliards au détriment de la sonangol sont de retour. Ce sont eux qui, aujourd’hui, encouragent et agitent l’opinion publique pour pouvoir reprendre leurs vieilles habitudes.
Le problème de la sonangol n’est pas, et n’a jamais été Isabel Dos Santos, mais l’irresponsabilité de la gestion, et des entités qui bénéficieront de contrats léonins et ont gagné des millions, et aujourd’hui espèrent pouvoir continuer à jouir et à vivre de cette prévarication.

Commentaires