Le coordonnateur des questions de la jeunesse au sein de la Majorité présidentielle, Adam Chalwe Munkutu affirme que sa famille politique est déjà à pieds d’œuvre dans la sensibilisation de l’opinion quant à la tenue des élections en décembre prochain. ce cadre de la MP dit que l’arrivée de Ramazani Shadary au secrétaire permanent du PPRD a un impact prépondérant en faveur de la famille politique pour de prochains scrutins.

La nomination de Ramazani Shadary au poste de secrétaire permanent du PPRD, est-ce une surprise pour vous ?

A partir du moment où le chef de l’État, Initiateur de mon parti le PPRD, le camarade Joseph Kabila Kabange s’est engagé à envoyer des signaux positifs pour l’organisation des élections en RDC avec son engagement à conserver démocratiquement le pouvoir de la base au sommet, cela me réconforte puisque le camarade Ramazani Shadary a été secrétaire national chargé du processus électoral de 2005 à nos jours. Nous nous préparons donc pour le 23 décembre 2018.

L’opposition note que tous ces changements au sein du PPRD démontrent à suffisance la volonté du chef de l’État de changer la constitution et d’instaurer un parti État, Qu’en pensez-vous ?

Pendant que ma famille politique se prépare sur terrain à gagner les élections à tous les niveaux, l’opposition radicale se prépare à perdre et à refuser ainsi le résultat des élections puisque n’étant pas sur terrain. Je vous ai dit d’entrer de jeux que le nouveau Secrétaire Permanent est l’expert attitré des questions électorales au sein du PPRD. Paraphrasant le chef de l’État, l’enjeu aujourd’hui c’est de gagner les élections à tous les niveaux et opérer ainsi le Renouvellement de la classe Politique. Sans rire, s’ils n’y sont pas cela permettra à ma famille politique d’avoir une majorité absolue de 500/500, tant mieux pour nous.

Puisque vous parlez d’élections, sa nomination coïncide avec un moment où la famille politique du chef de l’État n’a plus un sondage favorable au regard de la situation socio-économique, sera-t-il capable de convaincre la majorité des électeurs congolais de voter pour le PPRD à tous les échelons ?

Tout en faisant confiance au choix porté par l’initiateur en la personne du camarade Shadary, je dois ici rappeler qu’il a, au cours de sa carrière politique, gravit tous les échelons partant d’administrateur du territoire adjoint et principal, vice-gouverneur et gouverneur du Maniema, député national, secrétaire exécutif et secrétaire général adjoint de mon parti, ministre de l’Intérieur et enfin secrétaire permanent. C’est donc un profil qui coïncide avec l’objectif de gagner dans la chefferie, le village, le secteur, le territoire, la ville, les assemblées provinciales et nationales, à la présidentielle, bref à tous les niveaux. Une élection ne se gagne pas qu’avec un bilan. Le bilan n’est qu’une variable qui contribue à la victoire électorale parmi tant d’autres. Nous faisons confiance à la maturité de notre peuple qui connaît les raisons n’ayant pas permis à tel ou tel autre projet d’aboutir et qui ‘s’autodéterminera’ sur qui dirigeront le Congo de la base au sommet pour la prochaine mandature.

Parlant du bilan, la population le juge négatif, comment la convaincre de voir autrement ?

Le mécanisme de consultation par excellence de la population reste les élections, c’est donc le 23 décembre que l’on saura si oui ou non la population juge positif ou négatif le bilan de notre famille politique. Pour ce qui est de mon parti, la hiérarchie nous a instruit à une politique de circonscription électorale puisque c’est de la somme de victoire par circonscription que s’obtiendra la majorité au niveau national. Nous sommes donc confiants.

Enfin, des indiscrétions annoncent que le dauphin du président Kabila reviendra au Vice-Président du PPRD dont les deux prétendants seront Zoé Kabila et Évariste Boshab. Confirmez-vous ?

Je ne suis pas ici pour spéculer et mon respect pour notre peuple m’astreint à ne pas parler du dauphin mais plutôt du candidat de mon parti qui a toujours été désigné par le congrès comme il a été fait en 2006 et en 2011.

Commentaires

PARTAGER