Les armées congolaise et rwandaise ont toutes les deux violé le territoire du voisin, lors des incidents du 13 février dernier en plein parc national des Virunga, indique le rapport préliminaire du Mécanisme conjoint de vérification de la CIRGL (JMV), qui a fuité. Ce rapport sera bientôt remis aux deux Etats. Entre-temps, l’armée congolaise exige d’autres enquêtes du JMV sur les circonstances de la mort de ses trois soldats, tués lors de ces incidents et dont les corps ont été restitués à la RDC le 18 février dernier.

Le rapport préliminaire du Mécanisme conjoint de vérification a établi que: le Rwanda avait bel et bien établi un poste de surveillance sur le sol congolais, en plein parc national des Virunga, dans la zone située entre Mikeno et Sabinyo. Mais, les militaires congolais, de leur côté, en lançant l’offensive, le 13 février dernier, contre le Rwanda Defence Force (RDF) ont à leur tour violé les limites frontalières du Rwanda. Les FARDC auraient poursuivi les militaires rwandais, jusque chez eux, dans le district de Musanze.

Et c’est justement là-bas, que les trois militaires congolais ont été tués, selon toujours le rapport. L’armée congolaise exige d’autre part des enquêtes du Mécanisme conjoint de vérification pour établir les circonstances de leur mort. Les FARDC accusant la RDF d’avoir torturé ces soldats avant de les tuer.

D’après ce rapport qui sera bientôt publié, le Rwanda a déjà retiré ses troupes de la zone de l’incident, et c’est l’armée congolaise qui y est désormais déployée.

Entre-temps, une rencontre entre les hauts responsables des deux armées est prévue dans les tous prochains jours. Elle est prévue, après celle qui a eu lieu samedi dernier à Goma, entre les patrons des renseignements militaires des deux pays.

Commentaires

PARTAGER