L’affaire avait fait les grands titres en 2010. L’assassinat du militant des droits de l’homme Floribert Chebeya, à Kinshasa. Huit ans après sa mort, un témoin-clé se dit victime d’intimidation. Paul Mwilambwé, ex-policier, exilé au Sénégal, subit des pressions. Il réclame la protection des autorités sénégalaises.

La mort de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana semble encore loin d’avoir révélé tous ses secrets… Le témoin-clé Paul Mwilambwe est caché au Sénégal depuis 4 ans.
Son avocat vient de porter plainte pour menace et tentative d’assassinat. « Mon client doit déménager tous les 4 à 6 mois pour sa sécurité, ce qui grève largement ses finances, et il vit maintenant très difficilement… », expose Me Domingo DIENG. « Dans le cas le plus extrême, nous pourrions accepter le fait qu’il soit privé de liberté, à partir du moment où il ne craint plus pour sa vie! »

Caché dans Dakar, Paul Mwilambwe aurait reçu un mail anonyme le prévenant de l’arrivée d’un groupe chargé de le tuer…
L’ancien major de la police nationale dévoile une histoire gênante. Nous l’avions rencontré en juin dernier. Il réaffirmait avoir vu ceux qui ont tué Chebeya. « Ce qui est vrai, c’est que Chebeya était arrivé à l’inspection générale, et il a été assassiné à l’inspection générale! Le gouvernement ne l’a jamais accepté! » nous disait-il alors.

A l’époque, le major Mwilambwe est en charge de la sécurité des bureaux de l’inspection générale de la police nationale. Où sont entrés -sans plus jamais ressortir- Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana…

Mwilambwe accuse John Numbi, chef de la police en 2010, d’être le commanditaire. Aujourd’hui réintégré aux Forces Armées congolaises, l’homme a seulement été entendu comme témoin dans cette affaire. Les autres accusés du meurtre? Sauf l’un d’entre eux, tous ont été acquittés par la cour militaire en 2015, en appel. Mwilambwe lui est inculpé au Sénégal, pour actes de torture. Mais son procès n’est toujours pas tenu…

AFP

Commentaires

PARTAGER