Plus de 3000 réfugiés congolais vivant en terre rwandaise ont manifesté devant les locaux du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) dans le district de Karongi, l’ouest du pays, pour exprimer leur ras-le-bol. Ceux-ci réclament, en effet, un mieux-être dans le camp de réfugiés de Kiziba où ils se sentent désormais en insécurité. Et pourtant, ils ont fui les atrocités en République Démocratique du Congo.

« Nous ne nous sentons plus en sécurité ici. Nous devons être réinstallés ailleurs. Nous ne pouvons plus vivre au Rwanda », a indiqué Louis Maombi, président du comité des réfugiés congolais au camp de Kiziba.

Au cours de cette manifestation qui avait pour destination le siège du HCR de cette localité, ces Congolais se sont heurtés à l’armée rwandaise qui a tout de suite ouvert le feu sur les manifestants en vue de les disperser. L’on déplore au moins deux blessés par balles, mais aucune perte en vies humaine.

Se sentant menacés, les réfugiés demandent donc à l’organisme onusien de les reloger dans un autre pays. Les autorités locales et le Haut Commissariat pour les Réfugiés se sont donc saisi de l’affaire afin de trouver des issues heureuses à cette situation. Le HCR a reçu les représentants des réfugiés pendant que le gouvernement rwandais prévoit une conférence de presse, ce mercredi, pour élucider cette affaire.

Pour rappel, un violent affrontement avait éclaté entre les militaires congolais et les soldats rwandais à la frontière des deux pays. Jusque-là, les autorités militaires des deux protagonistes se rejettent mutuellement les responsabilités. Et c’est dans l’attente d’un accord de paix qu’intervient une fois de plus cet incident qui ne fait qu’exacerber la relation déjà tendue entre ces deux pays d’Afrique Centrale.