La polémique est loin de retomber dans l’affaire doctorat Matata!
Le professeur Mabi Mulumba, l’homme par qui le scandale éclata revient à la charge, cette fois-ci pour infliger une leçon morale et intellectuelle au Recteur de l’ Université Protestante au Congo (UPC).
Dans une lettre du 19 février, Mabi humilie Monseigneur Daniel Ngoy Bolya qui avait soutenu que la procédure ayant conduit à l’obtention du diplôme de doctorat de Matata Ponyo était régulière, et que, les critiques de Mabi étaient mues par des visées politiciennes et des considérations mesquines.

La missive de Mabi à son recteur tend à démontrer que décidément l’habit ne fait pas le moine!

Mabi Mulumba accuse son recteur d’être à la base des dysfonctionnements apparus dans la conduite du dossier du doctorant Matata Ponyo.

Selon Mabi, Daniel Ngoy est ignorant car il ne connait pas le texte légal de référence sur les matières relatives au doctorat.
Dans sa réplique, D. Ngoy avait opposé le Vade-mecum à l’arrêté ministériel du 22 décembre 2015 sur l’opérationnalisation des Enseignements du 3ème cycle.

Mabi a aussi traité le Recteur de l’UPC d’être indigne pour avoir affirmer que l’ex Directeur de l’École Doctorale s’en est pris à Matata parce qu’evincé du jury du doctorant et qu’il avait entrepris des démarches pour le réintégrer.

Mabi défie Mgr D. Ngoy de lui citer des noms qui peuvent attester qu’il avait entrepris une quelconque démarche pour intégrer le jury Matata.

Le sénateur demande à son recteur de lui expliquer comment il allait réintégrer un jury dont il n’avait jamais fait partie?
Droit dans ses bottes, Mabi a confirmé ses précédentes critiques sur l’irrégularité de la procédure ayant conduit à l’obtention du diplôme de doctorat de Matata : durée, composition jury, absence procès-verbal, etc.

Mabi accuse Ngoy de partialité parce qu’il a pris faits et causes pour l’ancien Premier ministre.

Les rapports entre les deux personnalités sont exécrables. L’image de l’UPC en a pris un sérieux coup.
Mabi a littéralement ridiculisé son Recteur.
Le pasteur D. Ngoy voit son aura d’homme de Dieu s’étioler.
Dans un pays sérieux, ce scandale devrait le conduire à la démission.

Commentaires