João Lourenço, Denis Sassou Nguesso et Joseph Kabila, respectivement président de l’Angola, du Congo et de la RDC, ont condamné ce mercredi 14 février 2018 à Kinshasa toute tentative d’accession au pouvoir par des voies non constitutionnelles en RDC. Ce qui est un positionnement implicite contre l’appel à une transition sans Kabila. Les trois chefs d’Etat s’étaient réunis dans une tripartite faisant suite au mini-sommet de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs tenu à Brazzaville le 9 décembre 2019.

A Kinshasa, João Lourenço, Denis Sassou Nguesso et Joseph Kabila ont appelé les acteurs politiques et ceux de la société civile « à se mobiliser en vue de la concrétisation de l’agenda électoral, dans l’unité, le calme et la paix ».

João Lourenço et Denis Sassou Nguesso ont promis « la disponibilité de leurs gouvernements respectifs à accompagner la RDC » sur le chemin des élections.

Les trois chefs d’Etat ont également noté la fin des opérations d’enrôlement et le début des opérations de nettoyage du fichier électoral. Ils ont également félicité Joseph Kabila pour la promulgation de la loi électorale et de la loi des finances 2018, ainsi qu’ils qualifient d’efforts déployés par le gouvernement de la RDC dans la prise en charge financière du processus électoral.

Cependant, dans le communiqué final, aucun mot n’a été dit concernant les récentes violences contre les laïcs catholiques qui manifestent pour exiger l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre 2016.

Cette rencontre (comme celle de Brazzaville) s’inscrit dans le cadre des consultations régulières de la Troïka de la CIRGL avec les Etats membres de la région sur des questions d’intérêt commun, en application des conclusions du sommet de la CIRGL, tenu à Brazzaville le 19 septembre 2017.