Le Comité Laïc de Coordination (CLC) appelle à une nouvelle marche pacifique le 25 février 2018 contre ce qu’il qualifie de « dictature ».

Cette structure d’intellectuels catholiques déclare que cette troisième manifestation est une réponse à «l’arrogance» des dirigeants congolais face à de nombreux appels au respect intégral de la constitution et de l’accord de la Saint-Sylvestre.

«Notre peuple ne croit plus en la volonté politique des dirigeants actuels d’assurer une alternance pacifique du pouvoir. En effet, les nombreuses fenêtres d’opportunités offertes à nos dirigeants actuels tant par la communauté nationale qu’internationale ont été volontairement et systématiquement rejetées, réaffirmant ainsi leur volonté de se maintenir au pouvoir sans respect de toute procédure démocratique. Aussi a-t-il décidé de se mettre résolument debout pour barrer la route à la présente dictature, premier obstacle à l’organisation des élections libres, transparentes et apaisées. Nous voulons des élections», lit-on dans le communiqué du CLC publié ce samedi 10 février 2018.

Ce nouvel appel à manifester contre le régime intervient 24 heures après la messe de requiem en mémoire des victimes de la manifestation du 21 janvier réprimée dans le sang par les forces de l’ordre.

«Plus de 3.000.000 de Congolaises et Congolais ont [déjà] marché pacifiquement pour réclamer l’application intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Comme seule réponse, le pouvoir a choisi une répression sanglante, affichant ainsi la persistance de son arrogance, de son mépris et de son insouciance. Bref le refus catégorique de prendre en considération les revendications de toute une nation », souligne le CLC.

Vendredi, l’Eglise catholique a encouragé les initiatives du Comité Laïc de Coordination qu’elle a appelé à poursuivre la mobilisation.

Commentaires