Le ministre de la Santé, Oly Ilunga, alerte sur la probabilité de l’aggravation de l’épidémie de choléra dans les prochains jours suite aux inondations qui ont frappé la ville de Kinshasa après des pluies diluviennes.

Le ministre rappelle que le choléra est une maladie d’origine hydrique et souligne que le gouvernement adopte des mesures de sécurité pour lutter contre sa propagation dans la capitale.

«Le choléra est une maladie qui est liée à l’eau. Donc dans une situation d’inondation comme celle qu’on connaît, le risque de propagation est élevé. C’est la raison pour laquelle il y a deux types de mesure qui ont été prises. D’abord sur le plan de la santé publique. Le cadre des 35 zones de santé sont en alerte. Il y a une réunion prévue avec les équipes cadres des zones de santé pour avoir un briefing complet. Chacun doit connaître son rôle. Les organes de surveillance doivent être actifs. De l’autre côté, il y a une commission interministérielle qui a été installée pour réparer et faire la prévention. Nous allons poursuivre les travaux de drainage qui ont déjà été entamés. Il y aussi un travail qu’on fait avec le ministre d’énergie pour restaurer l’approvisionnement en eau potable dans des zones à risque», a expliqué le ministre de la Santé dans une interview ce lundi 8 janvier 2018.
Le ministère de la Santé a rapporté 133 cas de choléra et 12 décès à Kinshasa entre le 25 novembre et le 28 décembre 2017. Ces cas sont recensés dans les zones de santé de Binza Météo (dans le quartier Camp Luka) et de Kintambo (dans le quartier Lubudi Luka).