Il a été invité par le ministère public comme renseignant dans le dossier impliquant le colonel David Lusenge et trois chefs coutumiers à savoir le Mwami Saambili Bamukoka, Bonguma Kitobi et Mwani Boroso, poursuivis pour association des malfaiteurs, détention illégale d’armes et de munitions de guerre, crimes contre l’humanité par meurtre, violation des consignes, participation à un mouvement insurrectionnel et terrorisme.

La cour militaire opérationnelle du Nord Kivu, siégeant en chambre foraine à Beni, a auditionné lundi 13 novembre, le général Akili Mundos, commandant de la 31e brigade, basée à Mambasa en Ituri comme renseignant sur demande du ministère public.

Le ministère public a auditionné le renseignant qui exerçait les fonctions de commandant des opérations Sokola 1 lors des faits reprochés aux prévenus. Il est cité dans plusieurs rapports et indexé localement par la Convention pour le respect des droits humains comme instigateur des massacres commis dans le territoire de Beni.

Le General Akili Mundos a rejeté toutes ces allégations et nié avoir été en contact avec les personnes accusées de massacre à Beni. La cour a suspendu l’audience après avoir auditionné deux autres renseignants venus témoigner à charge contre le général Akili dans ce même dossier.

En réaction à la comparution du général Akili Mundos, le capitaine Mak Hazukay, porte-parole des opérations Sokola 1 Nord estime qu’il s’agit «d’un geste fort qui traduit le respect pour la population de Beni».

PARTAGER