A quelques heures du choc du groupe A entre la Tunisie et la RDC, en match comptant pour la quatrième journée des éliminatoires de la coupe du monde Russie 2018, le sélectionneur du Congo-Kinshasa, Florent Ibenge a rappelé comme lors de l’arrivée de son équipe à l’aéroport international de Tunis, que son ambition est d’engranger des points et rester le leader du groupe.

Pas d’autre discours, c’est gagner le match même si Ibenge avoue une certaine admiration et un respect pour cette valeureuse équipe de la Tunisie.

« Ce n’est pas pour rien que nous sommes comme la Tunisie, mieux placés au classement Fifa ».

En conférence de presse d’avant-match jeudi au stade de Rades, l’entraîneur des Léopards s’est dit confiant pour le match de ce vendredi soir. « Moi comme Nabil Maâloul ( sélectionneur de la Tunisie ), nous avons l’objectif de faire un bon résultat et c’est normal parce que nous voulons aller en Russie ».

Un match nul à Tunis m’arrangerait parce que je resterai leader du groupe, a expliqué Florent Ibenge vainqueur avec les léopards locaux du dernier Championnat d’Afrique des Nations ( CHAN ).

Avec les Léopards, il espère faire un autre match que celui qu’il avait joué avec V Club contre Espérance de Tunis, il y a quelques mois, en ligue des champions, dans le même stade.

« Nous avions été submergés par l’Espérance. Maintenant, je crois qu’avec les Léopards, on présentera une autre image ».

Cependant, le coach de la RDC a indiqué ne pas mieux connaître la nouvelle philosophie de jeu des Aigles de Carthage, avec l’arrivée de Maâloul sur le banc tunisien.

« Henri Casperzak, le sortant avait son style de jeu différent de celui de Nabil Maâloul ».

D’ailleurs, il s’est étonné qu’il n’y ait aucune image sur YouTube du dernier match de la Tunisie contre l’Égypte ( 1-0 ) dans le cadre des éliminatoires de la Can Cameroun 2019.

« On ne sait pas si c’est un fait du hasard qu’il n’y ait aucune image de ce match Tunisie -Égypte mais bon, on a vu quand même quelque chose. Et on a une idee de cette équipe ».

Une équipe de la Tunisie constituée en majeure partie de joueurs évoluant au championnat local mais conduite toujours par la pepite Youssef Msakni. C’est lui qui vampirise le jeu tunisien. Mais attention, un trio de fer l’accompagne. Il s’agit de Ben Youssef ( un autre détonateur ) avec deux belles rampes de lancement ( Naim Sliti et
Taha Yassine Khenissi ).

Mais chez les léopards, la sérénité est totale. L’esprit de la gagne s’est installée depuis un temps dans le groupe. Auteurs de deux précieuses victoires face à la Libye à Kinshasa ( 4- 0) à l’entame de la compétition et à la Guinée Équatoriale ( 1- 2) à Conackry, les congolais cravachent dur pour arracher leur billet qui les ouvrira la porte du mondial, 44 ans après la génération de Kakoko.

« Dans la tête de joueurs, ils n’ont que la qualification au mondial et pas autre chose », a expliqué le capitaine Gabriel Zakuani.

« Mais aujourd’hui, plus que l’honneur d’avoir déjà participé à une Coupe du Monde, il y a surtout le rêve d’y retourner. Il est temps d’écrire une nouvelle page, et j’ai le sentiment que c’est le moment idéal », a-t-il enchaîné.

Malgré le succès difficile du sily national de la Guinée face à Lybie ( 3-2 ), les léopards gardent toujours la tête du groupe A avec 6 points ex aequo avec la Tunisie mais avec un meilleur goal average ( + 5 ) contre ( + 3 ) pour les aigles de Carthage.

Équipe probable que peut aligner le sélectionneur Nabil Maâloul de la Tunisie :

Aymen Mathlouthi, Ali Maaloul, Syam Ben Youssef, Yassine Meriah, Rami Bédoui, Ghailane Chaalali, Mohamed Amine Ben Amor, Wahbi Khazri, Naim Sliti, Youssef Msakni et Taha Yassine Khenissi.