Kasai : Nikki Haley révèle de nouveaux rapports faisant état d’exécutions sommaires et des viols massifs commis par les FARDC

38

A la Une de La Prospérité, c’est le dossier Thambwe Mwamba qui revient. «Plainte ou piège ?», s’interroge le journal.

On a l’impression que l’affaire Alexis Thambwe peut  bien en  cacher d’autres et que le feuilleton pourrait, dans ce cas, être long, estime le quotidien.

Pour La Prospérité, il parait difficile de situer les sphères de compétence de la justice belge.

Cette plainte, de l’avis de plusieurs  analystes de la scène politique congolaise, aurait tout l’air d’un piège, note le journal qui fait remarquer que l’Union européenne, les Etats-Unis et l’ONU semblent avoir  pris le pari de resserrer l’étau autour des dirigeants congolais, avec des «sanctions ciblées».

Ancien responsable du RCD, Thambwe Mwamba est visé par une plainte en Belgique pour crime contre l’humanité pour l’affaire de l’avion abattu à Kindu en 1998 par cette rébellion.

Le Phare revient dans ses colonnes sur l’appel des Etats-Unis pour une enquête internationale sur les violences au Kasaï.

Le journal rapporte que le dernier week-end, la représentante américaine au conseil de sécurité, Nikki Haley, est remontée au créneau pour se plaindre de la lenteur que met le Haut-Commissariat Général des Nations Unies aux Droits de l’Homme pour lever une claire option à imposer au gouvernement congolais.

Le pays de Donald Trump estime que la gravité des atrocités que connaît le centre de la République Démocratique du Congo n’autorise aucune hésitation, fait savoir le quotidien.

Le Phare indique également que Nikki Haley a révélé de nouveaux rapports faisant état d’exécutions sommaires et des viols massifs commis par les forces armées et de sécurité congolaises.

 

Commentaires

PARTAGER