La Voix de Sans Vois pour les Droits  de l’Homme (VSV) s’est dit choquée après la mort, mercredi 05 avril 2017 à la prison de Makala, du colonel Gordon Kunda Ntalabo, un des condamnés dans l’affaire assassinat du feu  président Laurent Désiré Kabila.

Dans un communiqué de presse publié ce même jour, la VSV dénonce ce qu’elle qualifie de politique visant à tuer à petit feu les condamnés de cette affaire.

« Ce décès vient d’allonger la liste des condamnés morts entre les mains de l’Etat congolais dans l’affaire sus-évoqué. Il s’agit de Patrick Kilay, Nico Bavurha, Panda Fariala, Yav Nawej, Jean-Jacques Kakwat, Rocky Byamungu  et Salumu Tchap-Tchap. La VSV dénonce la politique visant à tuer à petit feu les condamnés précités alors que le procès sur l’assassinat de Laurent Désiré Kabila demeure inachevé jusqu’à ce jour et n’a jamais, par conséquent, contribué à la manifestation de la vérité sur l’assassinat d’un Président en plein exercice de ses fonctions », a indiqué le communiqué.

L’ONG dit craindre pour la vie des autres condamnés à mort dans cette affaire, à l’instar de Eddy Kapend et sollicite une grâce présidentielle en leur faveur.

« La VSV saisit cette occasion pour rappeler le cas d’autres condamnés qui continuent à croupir à la Prison Centrale de Makala et qui courent également le risque de trouver la mort entre les mains de l’Etat congolais s’ils ne bénéficiaient d’aucune mesure de grâce présidentielle dans le cadre des mesures  de décrispation politique et d’une vraie réconciliation nationale. Il s’agit de : Condamnés à mort :  Mutindo Kitambala, Eddy Kapend, Itongwa Ngirinda, Yav Ditend, John Bonpengo, Mukanirwa Jojo, Leta Mangasa Georges, Nono Lutula, Jean Chiribangula, Murhanzi Fils, Kibonge Mulumba, Amisi Bakuka. … »

L’ex Cour d’ordre militaire  avait prononcé en janvier 2003 une peine de mort contre plus d’une dizaine d’accusés au procès pour le meurtre du président Laurent-Désiré Kabila, le 16 janvier 2001.

PARTAGER