Les choses sont parties très vite. Après la rencontre entre le président Kabila et les évêques, au lendemain de la non signature de l’Arrangement particulier, le chef de l’État a pris réellement les commandes de la machine politique. Objectif, trouver la solution aux deux divergences qui divisent Majorité et Rassemblement.

Et avant qu’il annonce de grandes décisions devant les deux chambres du parlement réunies en Congrès, il a institué une commission chargée de recueillir les avis, considérations et propositions sur la meilleure résolution du problème.

En tête de la commission se trouve Aubin Minaku, le président de l’Assemblée nationale et Secrétaire général de la Majorité présidentielle. Il est secondé par le trio Me NKulu, le professeur Adolphe Lumanu et le patron de l’Anr, Kalev Mutond.

Au Kempisky Hôtel, ex Fleuve Congo Hôtel, quand les membres de cette petite commission reçoivent une composante, ils posent des questions spécifiques.

En réalité, ils écoutent les propositions de différentes couches de la population sur la solution à proposer par rapport aux deux divergences (désignations du premier ministre et du président du CNSA).

D’après nos sources quelques leaders du « Rassemblement » aile Kasavubu sont déjà passés. On parle de la délégation des FAC Opposition conduite par Ingele Ifoto, de Roger Lumbala et de l’Udps auto-exclu Bruno Tshibala.

Les consultations se poursuivent avec d’autres plateformes politiques. Ensuite viendra la société civile avec ses différentes branches.

PARTAGER