L’eurodéputée Cécile Kyenge a appelé ce jeudi 30 mars 2017 le président Joseph Kabila à assumer sa responsabilité après l’échec lundi 27 mars dernier de l’arrangement particulier qui devrait aboutir à la mise en œuvre de l’accord politique du 31 décembre 2016.

Pour cette ancienne ministre italienne d’origine congolaise, la non-signature de l’arrangement particulier est le résultat d’une crise lointaine entretenue par le pouvoir en place.

« Le pays est tombé dans une crise humanitaire, sécuritaire économique à cause de l’instabilité politique dont le seul responsable est Joseph Kabila et son gouvernement », a souligné Cécile Kyenge dans sa déclaration.
Cécile Kyenge signale aussi que les questions à l’origine du blocage et à l’échec des discussions de la CENCO sont importantes mais « marginales » face aux problèmes socio-économiques réels auxquels sont confrontés les congolais.

« Le nom du Premier ministre de la période de transition, la présidence du Conseil de suivi de l’accord ou même l’assignation des ministères ont été, nous dit-on, les points de rupture ayant conduit à la non-signature de l’arrangement particulier. Ce sont certes des questions importantes. Mais il faut le souligner, ces questions demeurent marginales quant aux grands enjeux et défis auxquels est confronté le peuple congolais. Il est urgent que l’on puisse mettre fin aux violences meurtrières… Des millions de jeunes congolaises et congolais souffrent de grandes injustices sociales dans lesquelles ils vivent », a plaidé Cécile Kyenge.

L’eurodéputée a également interpellé l’opinion sur les conséquences négatives de l’échec de ces négociations quant à l’avenir de l’Etat congolais.

« Avec la non-signature de l’arrangement particulier, c’est le futur du pays qui est compromis. Ceci est d’autant plus triste que ce futur a été négativement marqué par les omissions d’une classe dirigeante qui agit en dehors de toute légitimité », a-t-elle dit.

Commentaires